S'il y a bien un anachronisme au sein de l'Europe, c'est la sacro-sainte voiture de société. Ces voitures sont coûteuses, inéquitables et polluantes. [....

S'il y a bien un anachronisme au sein de l'Europe, c'est la sacro-sainte voiture de société. Ces voitures sont coûteuses, inéquitables et polluantes. [...] Pour la population, la facture s'élève à 2,3 milliards d'euros. [...] Mais il y a aussi un aspect rarement expliqué dans les médias. La voiture de société est inéquitable car elle établit une discrimination avec les travailleurs qui ne peuvent en bénéficier. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle seulement 20 % de ces conducteurs sont prêts à échanger leur voiture contre un abonnement au train. A l'heure du plan climat qui n'a pas été approuvé, notre pays a bien un zéro pointé et il me paraît nécessaire que les partis inscrivent dans leur programme électoral la suppression de cet avantage fiscal.