Ruptz, Davydtchenko... Jusqu'au 23 mai

C'est la dernière chance pour revoir un quatuor gagnant: le féminisme avant-gardiste de Margaret Harrison, les expérimentations de Ruptz, la créativité débridée du Mail Art et l'utop...

C'est la dernière chance pour revoir un quatuor gagnant: le féminisme avant-gardiste de Margaret Harrison, les expérimentations de Ruptz, la créativité débridée du Mail Art et l'utopisme de Petr Davydtchenko. Au BPS22, à Charleroi. Place à un trio de jeunes talents cultivant un certain goût pour les supports fragiles et les oeuvres aux contours organiques. Mention pour la Suédoise Emma Larsson qui déploie des arrière-pays imaginaires aux couleurs diluées. A la galerie DYS, à Bruxelles. A défaut de ne pouvoir répondre à la question "où va la peinture?", ce parcours autour des oeuvres de Stephan Balleux, Léa Belooussovitch et Charles-Henry Sommelette rappelle combien cette pratique s'avère fascinante. A la Belgian Gallery, à Namur. Cette exposition nécessaire livre un instantané des techniques et des thématiques qui taraudent les artistes émergent de la scène plastique belge. Au M Museum, à Leuven.