Les tensions au sein de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) mobiliseront deux ténors du barreau, Mes Uyttendaele et Beauthier, ce 2 décembre, en vue de trancher un litige passablement confus devant le tribunal de l'...

Les tensions au sein de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) mobiliseront deux ténors du barreau, Mes Uyttendaele et Beauthier, ce 2 décembre, en vue de trancher un litige passablement confus devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles. Trois membres adhérents de l'asbl Collège de l'Exécutif des musulmans de Belgique (CEMB) réclament en urgence la désignation d'un administrateur provisoire à la suite d'une série de onze griefs que conteste Me Uyttendaele, l'avocat de l'institution chargée de gérer les finances de l'EMB. Le ministre en charge des Cultes, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), a écarté à la Chambre tout soupçon de détournement de fonds, mais les "rebelles" ne se découragent pas. Ils ont reçu le soutien de trois fédérations de mosquées qui en ont profité pour réclamer la mise en place d'un organe provisoire de renouvellement des instances de l'EMB, en affaires courantes depuis le 1er avril 2020. Le ministre de la Justice est tellement dépassé par ce dossier qu'il a avoué à La Libre avoir fait appel aux conseils de l'ancienne ministre de la Justice, Laurette Onkelinx (PS) .