L'architecte-propriétaire Basile Graux cherchait impérativement un bâtiment d'angle, pour la luminosité et le défi architectural. Lorsqu'il découvrit cette bâtisse du XIXe siècle, il en étudia aussitôt les alentours ; cela lui suffit pour se décider, sans même avoir visité l'intérieur.
...

L'architecte-propriétaire Basile Graux cherchait impérativement un bâtiment d'angle, pour la luminosité et le défi architectural. Lorsqu'il découvrit cette bâtisse du XIXe siècle, il en étudia aussitôt les alentours ; cela lui suffit pour se décider, sans même avoir visité l'intérieur. A la base du concept, il fallait toucher le moins possible à l'ancienne enveloppe de la maison. Au bout du compte, on n'a pas pu conserver le crépi d'origine, parce que les façades avaient été mal entretenues. On a donc éliminé le crépi et chaulé la brique de façade en noir. Quant aux ajouts, il s'agit de deux nouvelles perforations dans la façade : une paroi vitrée pivotante servant d'entrée et, à l'étage, une baie presque carrée d'environ 2,50 mètres de côté, qui se projette en avant sur le pan de façade. A hauteur du second étage, une portion a été prélevée dans le volume pour créer une terrasse de toit à l'abri de l'ancienne façade. La maison a été entièrement vidée de ses entrailles et dotée de nouveaux volumes vêtus de blanc. Les espaces de nuit occupent le rez-de-chaussée, les espaces de vie se partagent les deux étages. L'entrée en forme d'entonnoir donne accès aux deux chambres placées de part et d'autre. De par la forme spécifique du couloir, le visiteur est presque automatiquement entraîné vers l'escalier. Au premier étage, on a installé le salon, qui jouxte la salle de bains. En pénétrant dans le salon, on ne voit pas d'emblée l'énorme baie vitrée, de telle sorte que l'on n'est pas immédiatement aspiré par l'extérieur. Un volume de placards blancs - dans lequel est intégré un WC - retarde la surprise. " C'est ce que j'appelle la stratification de la vue, nous confie l'architecte. "A l'étage supérieur se développe un seul espace comprenant le coin cuisine et une table à manger. Ici encore, on recense de larges baies vitrées, l'une fixe, l'autre ouvrante, offrant l'accès à la terrasse de toiture. L'architecte a jonglé avec les dimensions des nouvelles fenêtres, qui varient tant en largeur qu'en hauteur. Si on y ajoute les ouvertures d'origine, la vue sur le port propose une image fragmentée, définissant ainsi un caractère plus introverti. En effet, le regard est focalisé et la vue se veut moins évidente. La stratification se répercute encore au niveau du clivage horizontal-vertical. Le salon affiche une hauteur de plafond standard, tandis que la cuisine à vivre est plus verticale de par l'ouverture jusqu'au faîte de toiture, avec une charpente apparente. Réalisation : Graux & Baeyens architecten. Tél. : 09 330 34 93. info@graux-baeyens.beDécouvrez chaque mois les reportages et les plans de maisons dans le magazine Je vais Construire en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.be SOFIE DE VRIESE