Les enfants ayant quitté le nid familial, les maîtres d'ouvrage pouvaient se contenter d'une maison plus compacte, avec le souhait d'une conception très spécifique sur cette parcelle située le long d'une route assez fréquentée mais offrant une vue imprenable sur les champs.
...

Les enfants ayant quitté le nid familial, les maîtres d'ouvrage pouvaient se contenter d'une maison plus compacte, avec le souhait d'une conception très spécifique sur cette parcelle située le long d'une route assez fréquentée mais offrant une vue imprenable sur les champs. La forme extérieure de la maison est parfaitement rectangulaire, sans aucun renfoncement dans les façades, à l'exception de la niche d'entrée. A hauteur du toit, il y a deux " plis " : le côté nord et le côté sud du toit en pavillon sont rentrants et constituent un avant-goût de la répartition intérieure, construite de manière parfaitement symétrique. Les murs intérieurs suivent les lignes obliques du toit et forment un parfait sablier. Les deux moitiés de ce sablier distribuent le living et le bureau dans la partie avant, et la cuisine et la salle à manger dans la partie arrière. Les deux parties sont reliées par un passage étroit d'un mètre. Cet agencement particulier divise la zone de vie de manière originale. D'un côté, dans le creux des jambes du sablier se trouvent une chambre à coucher avec salle de bains intégrée et une chambre d'amis, tandis que l'accès au vestiaire et au WC se trouvent de l'autre côté. La zone de vie occupe la plus grande partie de la surface disponible. Il n'y a ni étages, ni caves, ni grenier, et la cuisine est entièrement intégrée dans l'espace de vie. Le bureau qui fait partie de cette zone se trouve dans une niche et est à la fois isolé du reste et partie intégrante du tout. Les façades nord et sud ne présentent aucune fenêtre à hauteur du regard. Les façades est et ouest sont en revanche vitrées au maximum. La teinte dominante est le gris, apporté par l'aluminium de la menuiserie et du toit plat du carport, les murs en Volkern du carport et le zinc du toit de la maison. Les murs en béton cellulaire sont parachevés avec un enduit de couleur terracotta. La maison de plain-pied est ouverte jusqu'au faîte du toit. La hauteur du plafond varie dès lors de deux à six mètres. Le plancher de la maison se situe 80 centimètres au-dessus du niveau du sol. De ce fait, le niveau de vie s'élève littéralement au-dessus des céréales des champs situés à l'arrière. La maison n'était pas assez compacte pour prétendre au titre de maison basse énergie, mais l'isolation bien réfléchie limite la consommation d'énergie à quelque 600 euros par an pour le chauffage et l'eau chaude.Conception : architecte Marc Lammerant. Tél. : 051 65 81 24. www.marclammerant.be Découvrez l'intégralité du texte et les plans de ce reportage dans le magazine Je vais Construire de juillet-août en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.beSOFIE DE VRIESE