Il y a eu le plan Marshall, lancé sous la précédente législature pour relancer l'activité économique de la Wallonie. Quelques semaines avant les élections, le gouvernement wallon a présenté le plan Marshall 2.0, avec des accents particuliers sur la recherche et l'innovation, et déjà " la volonté d'inscrire la Wallonie dans la révolution énergétique ". Aujourd'hui, voici le plan Marshall 2.Vert. Exit donc le .0 high-tech.
...

Il y a eu le plan Marshall, lancé sous la précédente législature pour relancer l'activité économique de la Wallonie. Quelques semaines avant les élections, le gouvernement wallon a présenté le plan Marshall 2.0, avec des accents particuliers sur la recherche et l'innovation, et déjà " la volonté d'inscrire la Wallonie dans la révolution énergétique ". Aujourd'hui, voici le plan Marshall 2.Vert. Exit donc le .0 high-tech. Le nouveau plan comporte la création d'un 6e pôle de compétitivité, pour rassembler les chercheurs, les centres de formation et les entreprises sur les technologies environnementales. Ce pôle était réclamé depuis longtemps par Ecolo, mais en vain. Pour le PS et le CDH, la prise en compte de l'environnement devait être transversale, et présente dans toutes les politiques. " Le Pr Capron, qui est à la base de la création des pôles existants, a vu les secteurs qui ont marché, qui ont créé de l'emploi, et il a estimé qu'il fallait figer cette situation, estime Laurent Minguet. De surcroît, certains secteurs choisis comme pôles de compétitivité sont complètement, ou presque, aux mains de la Région wallonne : c'est le cas de l'aéronautique, et il est normal que l'on veuille y préserver l'emploi. La Région s'est dit qu'elle disposait des meilleures casseroles, et que donc elle allait y faire les meilleures soupes. "" Mais le Pr Capron n'a pas vu les secteurs qui vont créer de l'emploi, poursuit Laurent Minguet. EVS a été créé ex nihilo, tout comme Google ou Microsoft, voyez le résultat. "Le développement durable n'a pas de passé, et n'a donc pas pu faire ses preuves. Le potentiel, par contre, est énorme, notamment dans la construction, un secteur à forte intensité de main-d'£uvre. " Après Al Gore, explique l'homme d'affaires liégeois, le monde de la construction s'est ému... ou a vu des opportunités. Thomas & Piron, Blavier, T-Palm ont envisagé de faire un cluster, un regroupement, avec la CCW (Confédération de la construction wallonne). Il y en avait déjà d'autres, comme Cap 2020, Eco-construction, Tradecowall (déchets solides) et Tweed (Technologie wallonne Energie-Environnement et Développement durable). Le ministre Marcourt a rassemblé tout cela pour faire le 6e pôle. Ces clusters se parlent, et des entreprises sont d'ailleurs présentes dans plusieurs d'entre eux. La base est donc bonne. "M.D.