C'était il y a un peu plus d'un an. Lauréat 2018 du Prix international du dessin de presse décerné par la fondation Cartooning For Peace, Musa Kart était condamné à trois a...

C'était il y a un peu plus d'un an. Lauréat 2018 du Prix international du dessin de presse décerné par la fondation Cartooning For Peace, Musa Kart était condamné à trois ans et neuf mois de prison par la justice turque pour " complicité de terrorisme ". Une conséquence directe de la publication, quatre ans plus tôt, dans Cumhuriyet, quotidien d'opposition, d'un dessin égratignant le président Erdogan. Rebelote, il y a deux semaines : cette fois, c'est le dessinateur jordanien Emad Hajjaj qui a été arrêté par les autorités jordaniennes pour plusieurs dessins, comme celui ci-dessus, relatif à la signature des accords de paix entre Israël et les Emirats arabes unis publié dans Al Araby et sur les réseaux sociaux. Une arrestation effectuée pour " entrave à la loi sur les systèmes d'information et la cybercriminalité ". Et, d'évidence, pas seulement...