En reprenant une méthode chinoise médiévale de fabrication du béton reposant sur l'utilisation de sang de porc et de mortier de chaux, des scientifiques de l'université de Manchester ont mis au point un matériau du futur: un béton cosmique qui devrait permettre la construction de bâtis... sur Mars ou sur la Lune! Il est en effet inconcevable d'envoyer des matériaux de construction sur...

En reprenant une méthode chinoise médiévale de fabrication du béton reposant sur l'utilisation de sang de porc et de mortier de chaux, des scientifiques de l'université de Manchester ont mis au point un matériau du futur: un béton cosmique qui devrait permettre la construction de bâtis... sur Mars ou sur la Lune! Il est en effet inconcevable d'envoyer des matériaux de construction sur la planète rouge: le transport d'une seule brique coûterait environ deux millions de dollars! L' équipe de Manchester s'est appuyée sur une étude de 2014 montrant que les anciens bâtisseurs chinois avaient eu recours à du sang de porc ou de bétail pour fabriquer du mortier. Une partie de la Grande Muraille de Chine a été construite grâce à ce matériau étonnant. Les chercheurs britanniques ont nommé leur béton cosmique "Astroconcrete" . Il est fabriqué à partir de résidus de sols lunaire et martien dont l'élément liant est l'albumine sérique humaine, une protéine présente dans le plasma qui présente la propriété de former une structure plissée fortement agglomérante. Astroconcrete est solide: les tests affichent une résistance à la compression similaire à celle du béton classique. Toutefois, les chercheurs ont découvert que l'urée peut rendre ce béton astral trois cents fois plus costaud que celui fabriqué sur Terre. Le matériau obtenu offre de surcroît une protection intéressante contre les radiations cosmiques. Un groupe de six astronautes serait capable de fabriquer cinq cents kilos de béton au cours d'une mission spatiale de deux ans. De quoi construire de façon régulière des abris solides. Et si le sang, l'urine, la sueur ou les larmes des pionniers venaient à manquer, l'équipe propose l'utilisation de toiles d'araignée comme liant. Cela fait en effet belle lurette que la Nasa envoie des araignées dans l'espace. Les premières "arach- nautes" à s'être élancées vers les étoiles, en 1973, s'appelaient Anita et Arabella...