Cette maison de briques est une construction classique de l'après-guerre présentant une façade de près de 11 mètres de largeur et comprenant un garage. La demeure se dresse le long d'une voie d'accès vers Bruges et s'aligne sagement dans sa rangée, entre les bâtisses voisines.
...

Cette maison de briques est une construction classique de l'après-guerre présentant une façade de près de 11 mètres de largeur et comprenant un garage. La demeure se dresse le long d'une voie d'accès vers Bruges et s'aligne sagement dans sa rangée, entre les bâtisses voisines. L'architecte a reçu pour mission de transformer le rez-de-chaussée afin de l'impliquer davantage dans le jardin. Il a commencé par raser la petite extension du salon pour la remplacer par une construction tout en longueur, dont l'esthétique transparente contraste fortement avec le bâti existant. Afin de créer une logique spatiale adaptée aux besoins d'un jeune ménage avec enfants, la cuisine a été déplacée vers l'ancienne salle à manger et donne désormais sur le jardin, permettant à la lumière de s'engouffrer sans retenue dans la maison. Le vitrage habillant la nouvelle " boîte " bénéficie des plus grandes dimensions disponibles sur le marché. Les baies vitrées affichent une hauteur visible de 3,31 mètres et présentent des variations au niveau de la largeur, l'architecte ayant tenu compte des mesures et des proportions des éléments existants pour engager un dialogue entre ancien et nouveau. La toiture a été intégrée au volume intérieur, de sorte que l'ensemble affiche une allure extrêmement élancée. L'extension est quasi entièrement constituée de verre, à l'exception d'une partie murée destinée à recevoir du mobilier et à garantir une certaine intimité. La paroi vitrée faisant face à ce mur est parallèle au mur de l'ancienne annexe de la cuisine ainsi qu'au nouveau plan d'eau, élargissant la perspective de l'ensemble. La différence de hauteur avec la terrasse est de 67 centimètres et, côté jardin, la boîte vitrée affiche une saillie de 71 centimètres, ce qui lui donne son effet flottant. Là, deux colonnes en acier soutiennent une poutre de béton qui supporte le complexe de toiture. L'ensemble des éléments de plancher est élégamment dissimulé à la vue par le profilé inférieur des fenêtres et par un profilé en U de teinte grise. Derrière celui-ci, on a mis en £uvre une isolation afin d'éviter les ponts thermiques au niveau du plancher. Côté rue, la menuiserie décrépite a été remplacée. Les anciennes fenêtres à vitraux ne valaient rien d'un point de vue thermique et acoustique, et ont été remplacées par des profilés en aluminium, faciles à entretenir. Le garage situé sur la gauche de la façade a été conservé et permet de traverser les lieux jusqu'à l'abri au fond du jardin. Au premier étage, l'architecte a également redistribué les espaces. Initialement, l'étage développait une petite salle de bains et quatre chambres à coucher. L'une des chambres a été sacrifiée pour en faire une salle de bains. De l'ancienne salle de bains, seul le WC a été préservé. Quant à l'espace résiduel, il a été aménagé en dressing. Architecte : 4-mail, architecte Kurt Vandenbogaerde. Tél. : 050 34 85 15 www.4-mail.be Découvrez l'intégralité du texte et les plans de ce reportage dans le magazine Je vais Construire de février, en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.bePHILIP WILLAERT