Il aura fière allure, de ses 75 mètres de haut, le futur hôtel de police. De forme ovale, tout de briques bleues vêtue, cette tour futuriste est née d'un partenariat entre les Ateliers Jean Nouvel et l'agence MDW Architecture, basée à Bruxelles. " Nous avons imaginé une tour passive, la première en Europe, pour accueillir les 800 agents ", détaille Marie Moignot, fondatrice de l'agence. Actuellement installés dans des locaux à la limite de l'insalubrité, les policiers bénéficieront, d'ici à l'été 2014, d'un lieu de travail de haut standing où seront rassemblés l'ensemble des services.
...

Il aura fière allure, de ses 75 mètres de haut, le futur hôtel de police. De forme ovale, tout de briques bleues vêtue, cette tour futuriste est née d'un partenariat entre les Ateliers Jean Nouvel et l'agence MDW Architecture, basée à Bruxelles. " Nous avons imaginé une tour passive, la première en Europe, pour accueillir les 800 agents ", détaille Marie Moignot, fondatrice de l'agence. Actuellement installés dans des locaux à la limite de l'insalubrité, les policiers bénéficieront, d'ici à l'été 2014, d'un lieu de travail de haut standing où seront rassemblés l'ensemble des services. Situé à moins de 500 mètres du centre-ville, l'hôtel de police se déploiera sur 20 étages et près de 25 000 m². A l'emplacement de l'ancienne caserne Defeld, le long du boulevard Pierre Mayence, " près des deux tiers du patrimoine militaire présent - mur d'enceinte arrière et deux ailes - seront préservés et restaurés, tandis que le devant du site sera dégagé pour établir un espace public, accessible, justifié par l'importance de la fonction sociale de la police. La tour sera construite à l'angle des deux ailes et formera comme une troisième aile, à la verticale. " L'objectif des autorités est clair : de vastes locaux, des places de parking en suffisance, une proximité entre les zones d'intervention et de détention devront permettre une plus grande efficacité aux hommes en bleu. La place accueillera par ailleurs une brasserie censée tisser le lien entre les forces de sécurité et... Charleroi/Danses. Car le chantier prévoit également l'extension des installations du Centre chorégraphique de la Communauté française. Pour conserver un esprit village à l'endroit, trois studios de répétition, un foyer et six logements pour artistes en résidence seront construits. Prix de ce programme ambitieux : 55 millions d'euros, dont 14 millions proviennent de subventions accordées par la Région wallonne. Les pompiers ne sont pas en reste. A la fin de l'année sera lancée la construction de la toute nouvelle caserne de Charleroi. Durée des travaux : 500 jours. Les hommes du feu pourront s'installer à Marcinelle, en bordure d'autoroute, au sein d'une tour plate futuriste. " Un déménagement qu'on attend depuis plus de dix ans ", glisse Michel Méan, porte-parole des pompiers. Le bureau d'architecture Samyn and Partners aura la charge de ce projet de 30 millions d'euros. Un QG de 20 000 m², large de 90 mètres et sur cinq niveaux, pensé pour optimaliser les déplacements du personnel et des véhicules. En forme de " couronne ", le garage permet à chaque véhicule, en cas d'alerte, de sortir de sa propre porte (48 en tout), sans risque de blesser les autres collègues. Deux voies de circulation permettront en outre d'éviter les croisements. Tour d'exercice, lieux de vie, hall sportif et services administratifs sont quelques-unes des fonctions qu'abrite l'immeuble. Cerise sur le gâteau : un " square des héros " pour se détendre, un restaurant avec vue panoramique sur Charleroi, une piste d'athlétisme et un jardin sur les toits seront aménagés. ANNABELLE DUAUT