C'était le 15 mars à Christchurch, ville côtière au sud de la Nouvelle- Zélande : Brenton Tarrant, un suprémaciste blanc australien de 28 ans, se lance à l'attaque de deux mosquées en pleine prière du vendredi. Il tire dans le tas avec des armes semi-automatiques. B...

C'était le 15 mars à Christchurch, ville côtière au sud de la Nouvelle- Zélande : Brenton Tarrant, un suprémaciste blanc australien de 28 ans, se lance à l'attaque de deux mosquées en pleine prière du vendredi. Il tire dans le tas avec des armes semi-automatiques. Bilan : 51 morts et 49 blessés. L'onde de choc à travers un pays connu pour sa tranquillité est d'autant plus forte que l'homme a filmé et diffusé en direct sur Facebook les images du carnage. Deux policiers finiront par le maîtriser. Son acte marque trois tristes records : la tuerie la plus meurtrière visant des musulmans dans un pays occidental, l'attentat d'extrême droite le plus sanglant depuis ceux commis par le Norvégien Anders Breivik à Oslo et Utøya en 2011, et le plus grand massacre commis en temps de paix en Nouvelle-Zélande depuis 1809. A la suite du 11-Septembre et des attentats perpétrés par Daech, l'islamophobie a augmenté partout dans le monde, y compris en Océanie. En Nouvelle-Zélande, l'islam est pratiqué par environ 46 000 personnes (1 % de la population), dont les trois quarts sont nés dans d'autres pays. De cette tragédie, on retiendra aussi l'attitude pleine d'empathie manifestée par la Première ministre Jacinda Ardern, venue à la rencontre des rescapés avec un hidjab noir sur la tête. Le procès du terroriste débutera en mai 2020.