" C'est à 15 ans que j'ai parlé pour la première fois de mes crises de boulimie à mon médecin. Il m'a conseillé de ne pas être si dure avec moi-même, mais sans jamais vraiment aborder les problèmes psychologiques sous-jacents, même après mon opération de réduction gastrique, il y a trois ans environ. À chaque fois, je retombais donc rapidement dans mes mauvaises habitudes. Heureusement, la thérapie par l'aventure que j'ai suivie l'été dernier m'a ouvert les yeux et m'a remise sur la bonne voie. "

Oser lâcher prise

" L'activité qui m'a le plus marquée a été le parcours en altitude. Malgré mon vertige, j'ai décidé d'escalader avec deux autres personnes un poteau de 8 mètres. À mi-chemin, j'ai bloqué... et ce sont les encouragements d'un de mes compagnons qui m'ont hissée jusqu'au sommet, au sens propre comme au figuré ! Ensuite, nous avons pris place sur la plateforme surmontant le pilier et nous nous sommes laissés tomber en arrière, retenus par une corde et un harnais. Et j'ai osé lâcher prise ! J'en ai gardé un formidable sentiment de liberté, auquel je repense à chaque fois que je ressens le besoin de me cramponner à quelque chose. Cela m'arrive encore, mais j'ai mieux conscience que cela me joue des tours et peut avoir des conséquences désastreuses - comme à l'époque où je m'imposais un régime après l'autre et où, à chaque écart, je retombais dans mes crises d'hyperphagie en me disant que tout était foutu. Aujourd'hui, j'essaie de ne plus m'interdire d'aliments spécifiques ; j'ai l'impression que cette approche est plus efficace pour ne plus retomber dans ce problème. "

© Le programme comporte notamment des activités collaboratives comme le " Mohawk Walk " ou la " toile d'araignée " : les participa

Une fierté sincère

" Une autre activité qui m'a vraiment mise face à moi-même se déroulait dans une grotte. J'ai choisi l'un des parcours les plus difficiles, pour essayer d'en tirer un maximum. Comme je ne m'en sortais pas, j'ai été forcée, à ma grande frustration, de ressortir par un chemin plus simple... qui ne l'était en réalité pas tant que ça et qui m'a finalement apporté une satisfaction inattendue. Depuis, j'ai conscience qu'une alternative n'est pas forcément un pis-aller et peut parfois apporter davantage qu'un premier choix. Je m'efforce de transposer cette philosophie dans ma vie quotidienne, m'autorisant par exemple à être fière de mes petits succès, y compris sur le plan alimentaire. Cela m'aide à rester sur la bonne voie. Grâce à cette formation, j'ai aujourd'hui mieux conscience des aspects sur lesquels je peux encore travailler. "