Dans la lutte contre le réchauffement climatique, nos instances dirigeantes ont pris l'habitude de nous culpabiliser en nous incitant à faire des économies d'énergie, à revoir notre mobilité, voire notre alimentation. Mais puisque qu'il ne faut, semble-t-il, pas remettre en cause le sacro-saint principe de l...

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, nos instances dirigeantes ont pris l'habitude de nous culpabiliser en nous incitant à faire des économies d'énergie, à revoir notre mobilité, voire notre alimentation. Mais puisque qu'il ne faut, semble-t-il, pas remettre en cause le sacro-saint principe de la croissance, on évoque beaucoup moins les autres produits de consommation si ce n'est, récemment, pour déplorer leurs risques de pénurie. Or, à côté de l'abandon de l'obsolescence programmée des produits, de leur réparabilité, du recyclage ou de la réduction des emballages, il y aurait un moyen très simple de diminuer notre empreinte environnementale, sans toucher fondamentalement à notre confort de vie: supprimer les gadgets superflus comme, par exemple, les sièges et volants chauffants dans les voitures (gros consommateurs d'énergie) ou les pommeaux de douche équipés d'un éclairage laser multicolore (proposés récemment par une chaîne de supermarchés, à bas prix). [...] On pourrait également interdire la pratique des cadeaux promotionnels. [...] Pourquoi nous proposer une minichaîne stéréo pour nous inciter à venir découvrir des salons en cuir? [...] Ou encore offrir une tablette pour l'abonnement à une revue (il est d'ailleurs décevant de voir une association de consommateurs adopter cette pratique de marketing)? Si les firmes veulent vraiment nous appâter ou nous fidéliser, il leur suffirait de nous proposer des avantages financiers directs. Cela aurait le mérite d'être plus clair, plus transparent et plus durable!