Stéphane Moreau, avec huit dirigeants d'Ethias, doit passer le 25 avril devant la chambre du conseil de Liège dans un dossier de fraude à l'assurance. Il est soupçonné, pour rappel, d'avoir bénéficié d'un contrat d'assurances rédigé et signé après un sinistre pour lequel il n'était pas couvert et dont les dommages ont été estimés à 53 000 euros. Or, d'après nos sources, il aura...

Stéphane Moreau, avec huit dirigeants d'Ethias, doit passer le 25 avril devant la chambre du conseil de Liège dans un dossier de fraude à l'assurance. Il est soupçonné, pour rappel, d'avoir bénéficié d'un contrat d'assurances rédigé et signé après un sinistre pour lequel il n'était pas couvert et dont les dommages ont été estimés à 53 000 euros. Or, d'après nos sources, il aurait remboursé ce montant à l'assureur lésé avec la complicité de certains de ses patrons. Le but ? En finir une bonne fois pour toutes avec cette histoire embarrassante. Mais même s'il en obtient une suspension du prononcé, il pourrait ne pas conserver le label " Fit and Proper " que lui conteste l'Autorité des services et marchés financiers (FMSA, lire Le Vif/L'Express du 17 mars dernier). " Il espère obtenir un report devant la chambre du conseil, et gagner du temps auprès de la FMSA, pour qu'elle statue sur son cas quand les plus gros orages seront passés ", dit-on dans son entourage. L'Ansois est aussi administrateur de la Socofe, dont il est, via Nethys et NEB participations, actionnaire majoritaire. Tout récemment, l'échevin MR Carolo Cyprien Devilers (photo), lui aussi administrateur de la holding spécialisée dans les participations énergétiques, proposait que le rapport annuel de la société comprenne aussi les taux de présence aux réunions ainsi qu'une présentation détaillée des rémunérations perçues par les dirigeants. En ces temps de méfiance généralisée, la proposition pouvait avoir du sens. Dans un e-mail envoyé à tous les administrateurs le soir du 12 avril, Stéphane Moreau lui en donnait un autre, de sens : " Je pense que le voyeurisme a atteint ses limites. Je souhaite que l'on s'en tienne strictement aux dispositions légales et je m'exprime ici au nom de l'actionnaire majoritaire ". Et le voyeurisme atteignit ses limites : celles de la volonté d'un actionnaire majoritaire. N. D. D.