Michel Herr a vu le jour en 1949 et porte un sacré label de qualité durable. Fondateur des Lundis d'Hortense, il a par exemple joué près de deux décennies pour et avec Toots Thielemans. Egalement originaire de Bruxelles, sa cadette Anne Wolf, née en 1967, a exploré pop, Brésil, rock et tentations funky. Tous deux sont pianistes d'obédience jazz, se connaissent forcément dans le petit microcosme francophone et partagent quelques admirations contemporaines, comme celle pour l'inévitable brillance de Brad Mehldau. N'empêche, Danse avec les anges du Anne Wolf Quatuor, sorti l'été dernier, n'est pas cousin obligatoire du nouveau Positive signé Herr, sauf en matière de jus énergétique, de rythmes festifs, de brassage d'humeurs. Tous deux publiés sur le label bruxellois Igloo. Les disques sont instrumentalisés d'une différente ampleur - cinq musiciens pour la première, dix pour le second - et puis Anne joue et compose, là où Michel reste en dehors du jeu physique d'enregistrement au clavier. Composant, arrangeant, produisant les neuf morceaux d'un opus où l'on retrouve une autre référence pianistique belge - Nathalie Loriers - et un vaste spectre fourni par des guitares acides et le sax ténor obsédant. Avec même une Sud-Africaine peu connue de nos services, Tutu Puoane, impressionnan...