" Chez Simenon, tout est bon ", nous dit d'entrée le romancier et biographe Pierre Assouline dans la préface qui ouvre l'imposante et nouvelle intégrale consacrée aux 75 romans (et 28 nouvelles) que Georges Simenon a, lui, dédiés au commissaire Maigret entre 1931 et 1972. Une petite partie de son improbable production, forte de 193 romans signés de son nom, mais aussi de 176 sous pseudonymes divers et de 158 nouvelles. Imposante donc, et pourtant sans grand-chose à en jeter : " Le génie de Simenon, c'est qu'il vous parle de vous sans jamais vous interpeller ", poursuit celui qui a tout raconté de la vie du Liégeois dans une biographie qui fait toujours référence. " Il vous fait directement accéder à l'universel. Pas de gras chez lui. On est tout de suite à l'os. On devrait ceindre son oeuvre d'un bandeau intitulé "La condition humaine" et tant pis si c'est déjà pris. "
...