Les trains passent les frontières avec plus de facilité que les règlements linguistiques. Le train à destination de Lille est scindé à Courtrai, terre flamande, où seul l'usage du néerlandai...

Les trains passent les frontières avec plus de facilité que les règlements linguistiques. Le train à destination de Lille est scindé à Courtrai, terre flamande, où seul l'usage du néerlandais est autorisé dans les annonces aux voyageurs. L'inverse est d'application en Wallonie et le bilinguisme est de mise à Bruxelles. Mais on peut supposer que toutes les personnes qui se rendent à Lille (Rijsel) ne sont pas néerlandophones. Des voyageurs à destination de Lille se retrouvent ainsi à Poperinge, déplore le député Paul-Olivier Delannois (PS). Le ministre de la Mobilité, François Bellot (MR), a révélé qu'en 2017, 47 plaintes liées à l'usage des langues avaient été recueillies par le personnel d'accompagnement. Tout en confirmant l'application territoriale des règlements linguistiques, le ministre a toutefois précisé que " dans le souci du client, d'initiative, l'accompagnateur peut, dans une région unilingue, recourir à d'autres langues ".