Le 4 octobre 1669, rendant son dernier souffle, Rembrandt Harmenszoon van Rijn quitte le siècle clair-obscur qui l'a vu naître. Quelque chose comme une fulgurance s'éteint : ce n'est pas seulement un grand artiste qui ...

Le 4 octobre 1669, rendant son dernier souffle, Rembrandt Harmenszoon van Rijn quitte le siècle clair-obscur qui l'a vu naître. Quelque chose comme une fulgurance s'éteint : ce n'est pas seulement un grand artiste qui passe de vie à trépas, son décès signe aussi la disparition d'une touche unique au coeur de l'histoire picturale. Un génie ? Galvaudé, le terme retrouve son sens pour celui qui n'a pas son pareil en matière de puissance expressive. Chez lui, la moindre ridule installe le regardeur au plus proche de l'intime. La grande affaire de Rembrandt fut indubitablement le portrait, voire l'autoportrait qui, chez lui, permet d'effleurer du bout de l'oeil la part de mystère que recèle chaque individu. Se servant des miroirs comme aujourd'hui nous traquons notre propre reflet sur l'écran d'un smartphone, le natif de Leyde a passé sa vie à se scruter. Pas de retouche ou de volonté de se présenter sous le jour le plus favorable, son pinceau se voulait intransigeant, attaché qu'il était à restituer ce kaléidoscope émotionnel imprévisible, soumis au temps, que l'on nomme " moi ".