A quelques semaines de la fin de son mandat, Willy Demeyer (PS) peut mettre une plume à son chapeau : une salle de consommation sécurisée de drogue (cocaïne et héroïne), nommée Safe Ti (" Protège-...

A quelques semaines de la fin de son mandat, Willy Demeyer (PS) peut mettre une plume à son chapeau : une salle de consommation sécurisée de drogue (cocaïne et héroïne), nommée Safe Ti (" Protège-toi " en wallon liégeois), située à deux pas du commissariat de la rue de la Régence. Ouvert 365 jours par an, doté d'un budget de 840 000 euros, géré par 13 équivalents temps-plein, assorti de gardiennage et de nettoyage, ce centre est destiné aux quelque 300 toxicomanes qui consomment chaque jour dans l'espace public. Bien que la mise à disposition de ces huit espaces d'injection et neuf pour l'inhalation reste illégale, le parquet, à Liège, ne poursuivra pas. Reste à voir si les usagers les plus désocialisés s'accrocheront à ce dispositif de la dernière chance, Liège ayant testé toutes les autres formules disponibles depuis quinze ans (échange de seringues, méthadone, distribution contrôlée d'héroïne médicale). Bruxelles lorgne ce dispositif, et Anvers a déjà sauté le pas.