Heureusement que la marche pour le climat n'est pas partie du carrefour Léonard ; elle risquait fort de se voir bloquée dans une file interminable de camions en quête du ring et de devoir évoluer dans leurs gaz d'échappement. Malgré les cris : " Halte à la pollution ! " rien de vraiment concret ne ...

Heureusement que la marche pour le climat n'est pas partie du carrefour Léonard ; elle risquait fort de se voir bloquée dans une file interminable de camions en quête du ring et de devoir évoluer dans leurs gaz d'échappement. Malgré les cris : " Halte à la pollution ! " rien de vraiment concret ne bouge. Car croire que les ports d'Anvers et de Rotterdam (évoluant de plus en plus dans le " tout conteneur ") qui sont les grands emprunteurs du fameux ring bruxellois, vont baisser leur voilure, est illusoire. Ce sera plutôt le contraire qui se passera. Et croire que tout le monde roulera à vélo est aussi illusoire. Mais le pire est à venir. Le dénominateur commun entre les problèmes de pollution, d'embouteillages, un RER en retard de dix ans, et le manque permanent de policiers, de magistrats, des cours de justices délabrées, des routes dans un état pitoyable et surtout une imposition record... est le fait que l'Etat n'a pas d'argent et n'en aura pas dans le futur si la Belgique continue à évoluer telle quelle.[...] La seule issue possible à ce dilemme consiste à réduire drastiquement les dépenses de l'Etat et moins miser sur des recettes hypothétiques. Non en sabrant encore plus dans la sécurité, la police, les magistrats, les infrastructures etc., mais en sabrant plutôt dans cette usine à gaz gigantesque qu'est la structure de l'Etat belge avec ses 3 Régions, 2 Communautés, 1 Fédération, 5 parlements, 450 parlementaires, plus de 50 ministres et plus de 14 000 conseillers.