Tout le talent du jeune architecte Wissam Salim a été d'identifier les quelques éléments qui plombaient l'atmosphère du lieu : manque d'espace, de lumière et de communication. Non seulement le jardin était isolé du reste de l'habitation, mais les espaces intérieurs n'entretenaient entre eux que le rapport hiérarchique des trois pièces en enfilade prolongées par une succession d'annexes plus inconfortables les unes que les autres. À cela s'ajoutait une étroite cage d'escalier exclusivement fonctionnelle. Cette typologie, fréquente à Bruxelles, l'archit...

Tout le talent du jeune architecte Wissam Salim a été d'identifier les quelques éléments qui plombaient l'atmosphère du lieu : manque d'espace, de lumière et de communication. Non seulement le jardin était isolé du reste de l'habitation, mais les espaces intérieurs n'entretenaient entre eux que le rapport hiérarchique des trois pièces en enfilade prolongées par une succession d'annexes plus inconfortables les unes que les autres. À cela s'ajoutait une étroite cage d'escalier exclusivement fonctionnelle. Cette typologie, fréquente à Bruxelles, l'architecte l'a habilement détournée en repensant le rapport au jardin et à la lumière ainsi que la liaison entre les différents espaces. La première intervention fut de débarrasser la maison de ses multiples annexes tout en conservant leur profil mitoyen. Leur disposition sur deux niveaux permettait, en effet, de concevoir une nouvelle extension basée sur le même gabarit. La façade arrière de l'habitation s'est muée en façade intérieure tandis qu'un nouveau volume s'est développé vers le jardin. Cette extension, entièrement vitrée au rez- de-chaussée, se referme partiellement à l'étage pour accueillir la chambre des parents. Dès l'entrée, le hall a été percé d'une baie vers la cuisine afin d'accroître la sensation d'espace. La cuisine se trouve côté rue, tandis que la salle à manger a pris ses quartiers dans la pièce du milieu, rendue à la clarté à la faveur d'un puits de lumière qui assure la transition avec le nouveau salon. Celui-ci est en contact direct avec le jardin via la triple baie donnant accès à la terrasse puis au jardin. Cette progression a été rendue possible grâce à un remodelage des niveaux. Le décalage de plus d'un mètre entre le rez et le jardin a été traité en deux phases : une série de marches monumentales entre la salle à manger et le salon, et une autre série de " gradins " en bois entre la terrasse et la pelouse. Ces grands changements vont de pair avec la conservation et la rénovation d'une kyrielle d'éléments tels les portes, plafonds moulurés, sols et planchers. L'escalier d'origine a été maintenu mais son enveloppe a été complètement transformée par un jeu d'ouvertures et de balcons intérieurs. Un soin particulier a aussi été porté à la consommation en énergie et en eau de la maison qui, sans être passive, présente une compacité plus importante et une enveloppe répondant aux performances actuelles. Une preuve que les demeures d'antan peuvent aussi être rendues compétitives et agréables à vivre. Réalisation : OF7, Architectes Wissam Salim, Justine Stalport, Emilie Yannoudis. Tél. : 02 537 35 05. www.of7.be Découvrez l'intégralité du texte et des plans de ce reportage dans le magazine Je vais construire d'avril en vente chez votre libraire.www.jevaisconstruire.be Laure Eggericx