J'ai lu votre article " Les jeunes Belges désavouent la démocratie " (Le Vif/L'Express du 10 janvier). Figurez-vous que sa lecture a provoqué un rêve étrange : une liste " gilets jaunes " aux prochaines élections. Cette liste, sans programme ni candidat, récupérait massivement les suffrages blancs, nuls et de protestation pour atteindre de 15 à 20 % des voix, soit de 1 à 1,5 million d...

J'ai lu votre article " Les jeunes Belges désavouent la démocratie " (Le Vif/L'Express du 10 janvier). Figurez-vous que sa lecture a provoqué un rêve étrange : une liste " gilets jaunes " aux prochaines élections. Cette liste, sans programme ni candidat, récupérait massivement les suffrages blancs, nuls et de protestation pour atteindre de 15 à 20 % des voix, soit de 1 à 1,5 million de votes. La nouvelle Chambre comportait plus de vingt sièges occupés par un simple gilet jaune alors que cette liste n'avait : pas de président, donc pas de discipline de vote, ni valeurs et programme sacrifiés sur l'autel d'une coalition ; pas de " locomotive électorale " à récompenser par un portefeuille ou un perchoir ; aucun député donc aucun risque de transfuge, démission, lobbying, corruption, cumul de mandats... Avec plus de trois millions d'euros de dotation (un peu moins de trois euros par vote engrangé), cette liste recrutait une nuée d'experts dans tous les domaines. Dans ce rêve, ces techniciens étaient chargés de décrypter et de vulgariser les enjeux des textes débattus au Parlement, d'alimenter un forum citoyen, d'y gérer les débats en filtrant les opinions extrémistes, simplistes, répétitives, volontairement fausses... Des porte-parole, tant de la majorité que de l'opposition, s'y exprimaient librement. A chaque échéance importante (la première étant l'accord gouvernemental), tous les participants au débat étaient invités à se prononcer sur le texte mis au vote. A l'issue de ces consultations, un délégué recensait les avis afin de répartir les " sièges jaunes " entre votes " pour ", " contre " et abstentions. J'ose espérer que mes prochains rêves ne verront pas cette liste conquérir une majorité absolue mais, simplement, des partis politiques qui prendront enfin conscience que déposer un bulletin dans une urne tous les quatre ou cinq ans ne répond absolument plus à la définition de la démocratie participative.