Ils trônent sur la place Royale depuis 1868. A l'époque, leur construction avait déjà grevé le budget communal : 150 000 francs belges pour construire un établissement public de bains, une pure folie financière pour l'époque. La rénovation des anciens thermes de Spa promet d'être tout aussi coûteuse. On parle désormais en euros et en millions. Une vingtaine, pour être plus précis.
...

Ils trônent sur la place Royale depuis 1868. A l'époque, leur construction avait déjà grevé le budget communal : 150 000 francs belges pour construire un établissement public de bains, une pure folie financière pour l'époque. La rénovation des anciens thermes de Spa promet d'être tout aussi coûteuse. On parle désormais en euros et en millions. Une vingtaine, pour être plus précis. Inoccupée depuis 2004 (date à laquelle les nouveaux thermes furent inaugurés sur la colline d'Annette et Lubin), cette bâtisse continue de recevoir un traitement de faveur. C'est que différentes parties de ce majestueux édifice sont classées : façades intérieures et extérieures, hall d'entrée, perron. D'autant que le futur visage des thermes gardera bon nombre de ses traits anciens. Pour Paul Lievevrouw, l'architecte du bureau bruxellois SUM à la manoeuvre, pas question d'opérer un lifting ultra moderne. L'hôtel qui y installera prochainement ses cinq étoiles restera fidèle à la version originale. " L'architecture sera plutôt sobre, pour mieux faire comprendre que la véritable qualité se trouve déjà dans le bâtiment ", décrit-il. Seules les constructions qui obstruaient la cour centrale seront détruites pour lui rendre un peu d'air. Les 70 chambres prendront place dans les actuelles salles de bain, en conservant les murs. L'entrée principale sera même revue pour correspondre à nouveau à ses plans historiques. Seule " extravagance " : la construction d'un parking souterrain d'une soixantaine de places. Encore un hôtel à Spa ? " Il n'y avait pas de 5-étoiles et cela correspond vraiment à un besoin, assure Sophie Delettre, échevine (MR) du Patrimoine. Au départ, nous souhaitions transformer les lieux en une salle de congrès, mais cela n'était budgétairement pas réalisable. " La Ville a donc fini par signer un bail emphytéotique avec l'investisseur Foremost Immo qui, en collaboration avec le bureau SUM, a proposé l'option hôtelière. Le nouvel édifice comportera également des appartements, quelques commerces de luxe et une brasserie. " Notre objectif est de vraiment retrouver le thème de l'eau dans cet hôtel, détaille Paul Lievevrouw. Auparavant, les gens ne venaient pas seulement pour prendre des bains, mais aussi pour se promener. Nous aimerions que la Ville puisse participer à la revalorisation des espaces publics avoisinants. " Pour l'instant, le bureau travaille à l'obtention de toutes les autorisations nécessaires de la part de la direction des monuments et sites. Quid du début des travaux ? " On ne pose jamais cette question à un architecte ! sourit-il. Le plus vite sera le mieux. " En théorie, le chantier aura trois ans pour se concrétiser. De quoi laisser le temps de trouver un exploitant, qui ne s'est pas encore officiellement manifesté jusqu'à présent. La réhabilitation des anciens thermes devrait également être une pièce importante à verser au dossier de la reconnaissance de Spa au patrimoine mondial de l'Unesco avec d'autres villes thermales. Mais cette décision-là ne devrait pas tomber avant 2015. M. Gs