"Je voudrais vous dire aussi ma peur que la déshabituation des poi...

"Je voudrais vous dire aussi ma peur que la déshabituation des poignées de main et des embrassades n'entraîne que nos corps n'en aient plus le regret." "Le confinement a changé nos corps", s'inquiète dans Le Monde le philosophe Eric Fiat pour lequel "rien n'est plus défatigant qu'une joie, rien de plus fatigant qu'une angoisse."