"Cet "au revoir" chorégraphié - un peu ridicule, à vrai dire - résume le "paradoxe Gisc...

"Cet "au revoir" chorégraphié - un peu ridicule, à vrai dire - résume le "paradoxe Giscard": une volonté de proximité contrariée par une irréductible distance." Dans la lettre de Philosophie magazine, le journaliste Cédric Enjalbert évoque la mise en scène du départ de la présidence française, en 1981, de Valéry Giscard d'Estaing, décédé le mercredi 2 décembre: il "se rêvait en Kennedy et fut moqué pour ses manières de monarque".