" Le populisme de gauche a échoué. Le populisme est nécessairement de droite et, surtout, d'extrême droite. "

L'essayiste et historien Jacques Julliard justifie ce constat dans Le Figaro par le fait que le populisme " repose sur une critique radicale du système représentatif et une confiance aveugle, vitaliste, dans le "mouvement" et non dans la raison ".