Il est dix heures du soir. Je suis seul dans le grand atelier qui ressemble à une vieille église, le vent, mon maestro de prédilection, improvise pour moi dans les mélèzes de l'allée une étrange et vieille complainte, pleine de demi-teintes automnales qui s'harmonisent doucement avec ma pensée. Ce soir, mon vieux et mélancolique Thozée a pour moi des charmes infinis. " On doit cette vibrante confession au peintre Félicien Rops (1833 - 1898). On le sait, car celui qui était également graveur n'a eu de cesse de l'écrire : Thozée occupe une place particulière dans son coeur, celle d'une villégiature privilégiée où il peint, posant son chevalet dans les villages des alentours ou sur les bords de l'étang de Bambois.
...