Le 15 août 1769, à Ajaccio (Corse), Maria Letizia Ramolino, épouse du gentilhomme avocat Charles-Marie Bonaparte, donne la vie à un fils qu'ils prénomment Nabulione. Deuxième d'une fratrie de huit, rien ne prédispose cet enfant à devenir un jour l'un des plus grands hommes d'Etat de tous les temps, jusqu'à ce que des ouragans sociaux exceptionnels le propulsent dans sa jeunesse sur les marches du pouvoir. S'il n'a pas amorcé la Révolution française, il l'a vécue et l'a terminée en devenant empereur.

Napoléon, car c'est bien de lui dont il s'agit, ne fait pas l'unanimité. Jamais il n'a esquissé de projet politique clair, mais à mesure qu'évolue sa fonction impériale, il ne cherche plus à préserver les idéaux de la Révolution. L'homme est mû par un mélange complexe de motifs politiques, idéalistes et égoïstes. S'il part parfois en campagne avec des objectifs politiques clairs, la conquête paraît plus souvent être un objectif en soi.

Pourtant, Napoléon est l'héritier de la Révolution française, le porteur de toutes les idées neuves qui ont donné forme à la société moderne. Sans les quinze années au cours desquelles il a dominé l'Europe, cette nouvelle société aurait été tuée dans l'oeuf, ou elle se serait à tout le moins concrétisée bien plus tard et autrement. Dans cet ouvrage, nous aborderons l'homme sous différentes perspectives : homme d'Etat, homme de guerre et, enfin, homme tout simplement.