La crise covid est un test grandeur nature de notre système de santé. Elle en montre les multiples qualités, mais aussi les défaillances. Le gouvernement a compris la nécessité de refinancer les soins de santé, trop longtemps soumis aux mesures d'austérité, mais également d'entamer un exercice de recherche d'efficacité qui passerait, entre autres, par une meilleure collaboration entre les professionnels de la santé et une amélioration de l'accessibilité aux soins pour le pati...

La crise covid est un test grandeur nature de notre système de santé. Elle en montre les multiples qualités, mais aussi les défaillances. Le gouvernement a compris la nécessité de refinancer les soins de santé, trop longtemps soumis aux mesures d'austérité, mais également d'entamer un exercice de recherche d'efficacité qui passerait, entre autres, par une meilleure collaboration entre les professionnels de la santé et une amélioration de l'accessibilité aux soins pour le patient. Acteurs de soins très accessibles, les pharmaciens sont une source importante d'information pour l'ensemble de la population. Les pharmacies sont restées ouvertes tout au long de la crise, assurant ainsi la continuité des traitements, notamment des malades chroniques. Les pharmaciens ont aussi joué un rôle de régulateur, afin d'éviter des pénuries graves en médicaments ou matériel médical. De plus, ils sont impliqués - et pourraient l'être davantage - dans la stratégie de testing. Les pharmaciens sont engagés très proactivement dans la sensibilisation de la population à la vaccination. Le rôle de "pharmacien expert" a été créé dans les centres de vaccination, afin qu'ils puissent y superviser la qualité du processus et de la préparation des vaccins. Les pharmaciens belges, soumis à des exigences de qualité par l'agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) sont habitués à ces processus de qualité. Ils s'engagent, bien sûr, également comme préparateurs de vaccins. Enfin, une législation sur la délégation d'actes leur permet potentiellement d'administrer des vaccins dans les centres de vaccination. À cette fin, la profession a organisé, avec l'aide des instituts de formation, des hautes écoles et des universités, un cycle de formation théorique et pratique de haut niveau. 4000 pharmaciens l'ont suivi. Vu la montée en puissance de la vaccination et la mobilisation (qui n'est pas sans limite) des acteurs de soins habilités, le recours aux pharmaciens est dans la logique. Bien que le schéma vaccinal des prochaines années reste incertain, la capacité vaccinale dans notre pays, ainsi que l'accès à la vaccination, devront probablement augmenter. Les pharmaciens, à l'instar de ce qui se passe dans de nombreux pays européens, sont prêts à y contribuer.