Tout d'abord, un peu de vocabulaire. Le smartphone est un téléphone mobile équipé des fonctions que l'on attend d'un PDA (Personal Digital Assistant): agenda, calendrier et synchronisation avec le PC. Le PDA est, quant à lui, un assistant numérique de la taille d'un portefeuille dont l'interface est le plus souvent assurée par un écran tactile capable de numériser des caractères écrits à l'aide d'un stylet. Depuis que le PDA s'est mis en tête de porter une antenne, le conflit entre l'assistant numérique et le smartphone paraît inévitable.
...

Tout d'abord, un peu de vocabulaire. Le smartphone est un téléphone mobile équipé des fonctions que l'on attend d'un PDA (Personal Digital Assistant): agenda, calendrier et synchronisation avec le PC. Le PDA est, quant à lui, un assistant numérique de la taille d'un portefeuille dont l'interface est le plus souvent assurée par un écran tactile capable de numériser des caractères écrits à l'aide d'un stylet. Depuis que le PDA s'est mis en tête de porter une antenne, le conflit entre l'assistant numérique et le smartphone paraît inévitable.OS: des ouvriers (très) spécialisésPas d'intelligence mobile sans un véritable système d'exploitation. Depuis quelques mois, le choix est cornélien. Historiquement, le premier OS spécialisé des PDA est celui du fabricant Palm. Du côté des smartphones, l'un des OS marquants est Symbian. Inspiré du système d'exploitation du Psion, Symbian est né au sein d'une association regroupant notamment Nokia, Ericsson, Motorola et Siemens. Mais voilà que Microsoft arrive dans le jeu de quilles avec deux systèmes d'exploitation mobiles: le Pocket PC 2002 phone Edition pour les PDA et Smartphone 2002 pour... les smartphones, pardi. Les premiers appareils Smartphone, dont le concept a été conçu en collaboration avec Texas Instruments, seront vendus chez nous à la veille des vacances d'été. A ceux qui se demandent à quelle vitesse s'imposeront les OS de Microsoft, il suffit de dire que les ingénieurs de Bill Gates ont déjà déclaré que le marché "devait se développer rapidement". Tout cela nous promet, comme dans le monde PC, une rapide "complexification" des systèmes. Le premier à y avoir trouvé un intérêt est Intel qui, après avoir laissé ARM et Motorola occuper le terrain des portables avec leurs puces StrongARM et DragonBall, produit désormais deux processeurs: les PXA 250 et 210 de 400 MHz, qui affichent des cadences deux fois supérieures à celles annoncées par leur concurrent le plus véloce. Fujitsu Siemens en a déjà installés dans un PDA nommé Loox, dont les premiers exemplaires arriveront bientôt sur le marché. Parallèlement, Microsoft et Intel ont créé une alliance "Mobile" pour développer, en commun, la prochaine génération des appareils 3G (UMTS). Et, à en croire Ahlberg, patron de la division mobile de Microsoft, 10 000 applications MS Mobility seraient déjà enregistrées, rien que pour la plate-forme Pocket. Reste Linux. Bien décidé à s'octroyer une part du gâteau mobile, le distributeur Linux, Red Hat, s'est allié à 3G Lab pour développer un système d'exploitation baptisé eCOS/M3.Le GPRS et l'i-ModeCe combat des chefs particulièrement compliqué ne peut se comprendre que par la perspective, très proche, de voir nos téléphones passer de la communication vocale à l'échange de données. Si l'on oublie le mirage de l'UMTS, le GPRS et l'i-Mode auront de terribles exigences à l'égard de notre bon vieux GSM. Aujourd'hui, 3% seulement des mobiles sont capables de transférer des données, mais, en 2005, la proportion sera de 1 sur 2. Et, en 2006, 36% des messages échangés en Europe seront de type MMS, la forme multimédia de nos actuels SMS. De plus en plus important sur le terrain, Siemens a déclaré, par la voix de Peter Zapf, président de Mobile Phones que, mis à part quelques modèles bas de gamme, tous les futurs téléphones mobiles seront GPRS. Une tendance que l'on retrouve chez tous les constructeurs.Les petits derniersPour illustrer le sujet, nous avons épinglé quelques smartphones et PDA représentatifs de ce qu'offrira le marché au cours des prochains mois. Place à l'image, au son polyphonique et à... la frime. ù HP, le premier Le premier Pocket PC 2002 Phone Edition est signé HP. Ce PDA équipé d'un écran couleur supporte la norme vocale GSM et le standard de communication de données GPRS. Issu du monde PC, le Jornada 928 WDA est bibande et possède un second écran LCD qui affiche l'état du GSM. Il se synchronise via un port USB ou infrarouge et utilise le navigateur Pocket IE (Internet Explorer). Le logiciel Pocket PC étant assez " lourd ", la mémoire flash de 32 Mo et les 64 Mo de RAM ne sont pas un luxe. ù Nokia 8910, version smartphone Voici l'exemple type de ce que pourrait être le futur smartphone. A la fois GPRS, HSCSD et Bluetooth, il se veut un véritable PDA. Sa mémoire dynamique renferme 500 adresses et la synchronisation est assurée pour les listes de contacts, les tâches et le calendrier quotidien. ù Handspring Treo, mais où est-il ? Treo est le premier PDA téléphonique de Handspring, le clone de Palm dont il utilise le système d'exploitation. Vendu partout en Europe, il est pratiquement introuvable en Belgique au moment où nous écrivons ces lignes. De dimensions raisonnables, son originalité réside dans sa nouvelle antenne et son petit clavier. Son navigateur est compatible HTML et WML (WAP) et deviendra compatible GPRS dès que l'i-Mode montrera le bout de son nez. Pour la partie PDA, le Treo fait toujours confiance au système d'exploitation Palm et à son énorme bibliothèque d'applications gratuites téléchargeables sur le Net. ù Nokia 7650, tous au ciné Encore un smartphone GPRS, mais doté, cette fois, d'un appareil photo. Attendu pour le deuxième trimestre, le Nokia 7650 pèse 154 grammes, à peine plus grand qu'un GSM, il ne sera pourtant pas à la portée de tous. Son écran couleur de 176 x 208 pixel gérera les MMS que le téléphone expédiera via les réseaux GPRS et HSCSD. WAP, Bluetooth et la connectivité infrarouge sont également compris. L'originalité vient plutôt de l'appareil photo intégré, dont les clichés pourront être expédiés aux quatre coins de la planète dans la seconde qui suit la prise de vue. ù Siemens M50, l'exemple Le M50 de Siemens est un des nouveaux téléphones qui illustrent le mieux ce que sera le portable de demain. Son originalité réside, d'abord, dans le support de Java qui devrait pousser les développeurs à proposer de nombreuses applications. Grâce au "Wireless Java", le M50 permet d'utiliser son téléphone pour pratiquer la messagerie instantanée de type ICQ exactement comme sur un PC. Le M50 est attendu pour le mois de juin. ù Alturion, GPS portable Un exemple - belge - de ce que peut faire un PDA communicant est donné par Alturion, une jeune entreprise anversoise qui vient de développer un module GPS (Global Positioning System) pour les Ipaq de Compaq. Utilisant une licence Télé Atlas pour la cartographie, Alturion a développé un logiciel convivial qui permet de paramétrer son itinéraire sans l'aide d'un PC de bureau. L'introduction des lieux de départ et d'arrivée s'effectue via l'interface classique du Pocket PC ou, plus simplement, en les pointant sur l'écran tactile. Une fonction originale est le changement d'échelle de la carte suivant la vitesse de la voiture : plus le véhicule roule vite, moins la carte offre de détails. La nuit, l'écran s'adapte automatiquement, en se basant sur les données transmises par le satellite. Et, bien sûr, toutes les indications sont fournies par une voix féminine. Contrairement au GPS embarqué, prisonnier de son véhicule, le module Alturion peut échanger des données avec un PC portable lors d'une synchronisation et n'emporter que la carte (ou l'itinéraire) désiré(e). Un autre atout est qu'il peut être emmené par un piéton en visite dans une ville qu'il ne connaît pas. ù Le Loox Fujitsu Siemens Pocket Loox est le nom du premier PDA de l'alliance Fujitsu Siemens. Il est actuellement le seul assistant numérique à être équipé du processeur rapide Xscale de Intel. Il est animé par l'OS Pocket PC 2002 et supporte Bluetooth. Le Loox se distingue surtout par la multitude de connecteurs dont il est pourvu. Son écran de 240 x 320, affichant 65 000 couleurs, peut s'utiliser horizontalement ou verticalement. Dépourvu d'antenne, il pourra recevoir, en août prochain, un module GPRS à fixer au dos de l'appareil. Cette partie communicante disposera d'une batterie d'appoint pour satisfaire la gourmandise des applications GPRS, dont le vidéo streaming en MPEG-4, la reconnaissance vocale et les messages MMS.Jean-Claude Verset