Singulière maison que celle-là : elle n'est destinée à personne. Ou plutôt, à tout le monde. Et pour cause, il s'agit d'une maison-témoin. Caractéristique : ses performances énergétiques. Un défi pour Jean-François Crahay et Guy Jamaigne, qui ont dû imaginer une maison passive sans en faire trop ni trop peu au niveau de l'architecture, histoire de plaire au plus grand nombre... La maison s'installe à Ovifat, dans les Hautes Fagnes, à 615 mètres d'altitude. Ce n'est pas un hasard : la société Naturhome a choisi la commune pour son ...

Singulière maison que celle-là : elle n'est destinée à personne. Ou plutôt, à tout le monde. Et pour cause, il s'agit d'une maison-témoin. Caractéristique : ses performances énergétiques. Un défi pour Jean-François Crahay et Guy Jamaigne, qui ont dû imaginer une maison passive sans en faire trop ni trop peu au niveau de l'architecture, histoire de plaire au plus grand nombre... La maison s'installe à Ovifat, dans les Hautes Fagnes, à 615 mètres d'altitude. Ce n'est pas un hasard : la société Naturhome a choisi la commune pour son " climat rude ". Un challenge qui vise à affirmer que " si elle peut le plus, elle peut aussi le moins "... La maison a d'ailleurs obtenu un label de la Plate-forme Maison Passive ASBL. C'est la seizième du genre pour les Régions wallonne et bruxelloise. Depuis la rue, la maison construite au bout d'une allée est presque invisible. Son bardage de cèdre brossé et lasuré gris se fond dans l'environnement. Mais quelques touches de lasure rouge appellent le visiteur, tel un signal... Si la première façade visible est celle tournée vers l'ouest, la construction a été implantée au nord du terrain, de manière à dégager le sud. Un long et étroit volume rouge intègre des zones techniques, l'abri de jardin et l'accès à la cave. Situé en dehors du bloc passif, il joue un rôle de tampon entre la bordure nord du site et la maison proprement dite. Un plan d'eau, bordé de cèdre lasuré rouge également, cadre les visiteurs dans l'allée, les sépare du jardin au sud. A l'étage, rappel de même couleur : des claustras coulissants permettent d'intimiser ou non une terrasse suspendue. Au niveau de la volumétrie, les architectes ont opté pour la simplicité et la compacité, pour réduire au maximum les surfaces de déperdition. L'habitation se développe donc de manière cubique. Autre travail soigné pour gagner de l'énergie ou, à tout le moins, éviter d'en perdre : le choix des baies. Si les ouvertures des façades est et ouest sont modérées, rares au nord, elles explosent au sud. Mais de façon réfléchie : au rez-de-chaussée, le vitrage est placé en retrait par rapport au mur, de manière à ce que celui-ci joue le rôle de pare-soleil en été, tout en permettant aux rayons de pénétrer au c£ur de l'habitation en hiver, lorsque le soleil est plus bas. Les baies sont fermées par des châssis avec triple vitrage, en pin lamellé-collé garni d'un capot extérieur en aluminium. Architectes : Crahay & Jamaigne société d'architectes SCRL Tél. : 080 67 22 03 www.crahayjamaigne.beDécouvrez l'intégralité du texte et les plans de ce reportage dans le magazine Je vais Construire d'octobre en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.be LéA BIERLIN