D'abord, les ampoules. Le marcheur allait en direction du café quand elles lui apparurent dans le noir. Mais à l'instar de l'horizon, le café semblait être devenu asymptote : plus l'homme à la frange s'en approchait, plus le bâtiment reculait. Faisant preuve d'une résistance peu commune, comme subjugué par une énergie divine, l'indépendantiste hâta le pas, s'appuyant sur une canne vert fluo.
...

D'abord, les ampoules. Le marcheur allait en direction du café quand elles lui apparurent dans le noir. Mais à l'instar de l'horizon, le café semblait être devenu asymptote : plus l'homme à la frange s'en approchait, plus le bâtiment reculait. Faisant preuve d'une résistance peu commune, comme subjugué par une énergie divine, l'indépendantiste hâta le pas, s'appuyant sur une canne vert fluo. Enfin, il finit par empoigner la clenche. L'épuisement céda la place à une légère euphorie. " Il est un lieu dramatique et absurde, un endroit exempt de tout jugement et de toute rancoeur : c'est le café Geyser ", qu'on lui avait soufflé, en secret, quelques jours plus tôt, à Carlie. De fait, alors même qu'il entrait dans le café, et qu'il en referma la porte à double tour, il se produisit, quelque part dans son âme, une particule élémentaire de tribulation : il serait bientôt libre ! De joie, sa canne s'enflamma et tout le monde put clairement voir qu'il s'agissait, en réalité, d'un sabre laser. Si, si. Sans blague (1). Un faisceau vert à l'érotisme trouble parcourut ainsi le café, en crépitant, pour s'arrêter net sur le poitrail de la nouvelle serveuse, Lorelei. Comme la limaille sur l'aimant, la lumière pop se polarisa sur son menu décolleté. Carlie sourit, avant de se souvenir qu'il se sentait triste, comme une maison sans racines, et qu'il avait surtout un train à prendre. Et, alors qu'il avalait sa bière, Lorelei lui dit : " Je ne voudrais surtout pas déranger, mais les journalistes parlent d'enfoncer la porte. Ils sont bien une quarantaine, dehors ! " De fait, des coups sonores ébranlaient le bois de la porte. Alors, le cerveau pétrifié, le coeur figé, mort déjà, Carlie se hâta vers la cave, sa mallette, son paletot, son sabre laser et son dico d'espéranto à la main, en cherchant fébrilement son billet, pour le Moresnet (2). En bas des marches, un cordon de lumières roses courait dans l'obscurité, faisant scintiller une énorme locomotive (3). On ne revit jamais Carlie. Bien des années plus tard, on retrouva toutefois son journal intime. La dernière entrée datait du 17 novembre 2017 : " Il fait tout noir. Où suis-je ? Je suis si seul. Mais qui est le con qui a éteint la Voie lactée ? "Mais c'est pas tout ça. L'heure tourne. Où est encore passé le serveur ? S'agirait pas de louper le film qui démarre à 20h15, sur la Une...