de notre envoyée spéciale
...

de notre envoyée spéciale Les habitants de Singen, cité industrieuse du sud de l'Allemagne, ont eu une sacrée surprise, le 13 juillet. Parmi les 320 personnes soupçonnées d'appartenance à la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, que policiers et carabiniers ont cueillies en Italie ce jour-là, au petit matin, figure l'un des leurs : Bruno Nesci, 58 ans, domicilié au-dessus de la boulangerie du n° 15 A de la Fittingstrasse. Une jolie prise, ce Bruno Nesci. " Il avait un accès direct au "boss" de la 'Ndrangheta, Domenico Oppedisano, et lui a rendu visite à plusieurs reprises chez lui, à Rosarno ", explique le journaliste allemand Sandro Mattioli, qui a pu consulter les 2 800 pages du dossier d'instruction, fruit de longs mois d'écoutes téléphoniques. Le locale - la cellule - que Bruno Nesci dirigeait, fort d'une cinquantaine de membres, avait essaimé dans plusieurs villes de la région, dont Rielasingen-Worblingen, Engen et Ravensburg. Nesci et les siens y étaient en bonne compagnie. Selon les enquêteurs transalpins, une autre colonie 'ndranghetiste avait élu domicile à Radolfzell, sur les bords du lac de Constance, à 12 kilomètres de Singen. Le 15 août 2007, fête de la Vierge, six membres d'un même clan calabrais étaient exécutés devant une pizzeria de Duisburg. Ce jour-là, les Allemands, horrifiés, découvraient la présence de la 'Ndrangheta dans leurs villes. Trois ans plus tard, ils doivent se rendre à l'évidence : la mafia calabraise est chez elle entre Rhin et Oder. Ces révélations n'ont pas ravivé pour autant les angoisses des Allemands. Il est vrai qu'à l'exception de l'hebdomadaire Stern les médias ont donné peu d'écho à l'arrestation de Nesci et aux 96 pages que l'enquête italienne consacre à leur pays. Et la police criminelle du Bade-Wurtemberg, qui a coordonné les écoutes et la surveillance des comparses de Nesci, minimise la présence mafieuse dans la région, où vivent le tiers des 530 000 Italiens d'Allemagne. " Regardez notre dernier rapport annuel, déclare Horst Haug, porte-parole des policiers locaux : les criminels est-européens nous donnent plus de fil à retordre que la Mafia. "" L'Allemagne cultive le déni de réalité, tranche le journaliste Jürgen Roth, auteur de Mafialand Deutschland (éd. Eichborn). Depuis le 11 septembre 2001, la lutte contre le terrorisme islamique a pris le pas sur le combat anti-Mafia, malgré les mises en garde répétées des spécialistes. " En 2006, le service fédéral de renseignement, le Bundesnachrichtendienst (BND), consacrait une analyse de 31 pages à la 'Ndrangheta, présentée comme " la structure criminelle la plus dangereuse d'Europe ". Le BND cite plusieurs clans dont les " filiales " germaniques se livrent au trafic de drogue et d'armes, ainsi qu'au recyclage d'argent sale. Deux ans plus tard, un document confidentiel du BKA, que Le Vif/L'Express s'est procuré, passait au crible les structures et les activités des clans calabrais outre-Rhin. " Depuis les années 1980, est-il écrit, la 'Ndrangheta dispose de structures solidement enracinées en Allemagne qui lui servent de bases pour ses activités criminelles. "Selon les policiers et les magistrats italiens, l'Allemagne ne veut pas voir ni savoir. Pis : elle ferme les yeux sur le Monopoly géant auquel se livrent les 'ndranghetistes, achetant paquets d'actions, biens immobiliers, hôtels et restaurants - avec une prédilection pour les pizzerias. Après la chute du mur de Berlin, les Calabrais, comme les Siciliens de Cosa Nostra et les Napolitains de la Camorra, s'en sont donnés à c£ur joie dans les Länder de l'Est. Dès 1990, les sommes investies par la mafia italienne dans l'ex-RDA étaient estimées à 35 milliards d'euros. " Là se trouve le vrai danger pour l'Allemagne : dans les milliards d'euros d'origine mafieuse investis dans l'économie nationale ", avertissait Roberto Scarpinato, procureur général de Palerme, fin 2007, lors d'un séminaire organisé par le BDK, le syndicat de la police criminelle. Une Mafia new-look, diplômée des meilleures écoles, est entrée en action. Elle s'est spécialisée dans la Bourse, la fiscalité, l'immobilier et les marchés financiers. Anne vidalie