Je suis un tantinet agacé par les réactions de certains citoyens qui, en des termes parfois à la limite du mépris, qualifient de " nantis " ceux qui, comme moi, ont fait le choix d'opter pour une électricité propre et respectueuse de l'environnement. Ces personnes semblent peut-être oublier que d'autres " nantis " ont investi massivement dans des bons d'Etat très lucratifs, par exemple... Qui paye les dividendes, sinon les citoyens ? Pour les bons d'Etat bien sûr, rien n'apparaît sur la toiture des investisseurs ! ...

Je suis un tantinet agacé par les réactions de certains citoyens qui, en des termes parfois à la limite du mépris, qualifient de " nantis " ceux qui, comme moi, ont fait le choix d'opter pour une électricité propre et respectueuse de l'environnement. Ces personnes semblent peut-être oublier que d'autres " nantis " ont investi massivement dans des bons d'Etat très lucratifs, par exemple... Qui paye les dividendes, sinon les citoyens ? Pour les bons d'Etat bien sûr, rien n'apparaît sur la toiture des investisseurs ! Il faut savoir que, même en payant, comme je l'ai fait, mon installation sans passer par des sociétés " win-win ", le montant dépensé est à la portée d'un grand nombre de ménages. Il y a encore deux ans, l'installation était en partie fiscalement déductible. Depuis l'an dernier, tout ceci est terminé, comme tant d'autres mesures visant à épargner l'énergie. Curieusement, personne n'en parle, mais uniquement des fameux certificats... Moi, je suis prêt à investir les supposés " plantureux bénéfices " des certificats verts dans des actions en justice contre la Région wallonne. Si une majorité de citoyens accepte (ou applaudit) cette décision inique qui consiste à revenir rétroactivement sur un contrat signé entre un gouvernement et les citoyens, à quoi pouvons-nous nous attendre dans un futur proche ? Jusqu'où iront les " autorités " pour puiser rétroactivement dans les économies des Belges ? Le problème ne réside pas dans la polémique récente, mais bien dans la volonté de certains personnages politiques de travailler à leur réélection plutôt que pour leur pays et ses habitants, quoi qu'ils s'en défendent, et aussi et peut-être surtout dans cette gabegie que constitue notre Etat fédéral : un gouvernement fédéral, trois Régions, trois Communautés, dix provinces pour la petite Belgique... Dans ma jeunesse, le Brabant était unique, il a été amputé de Bruxelles, une Région à part entière aujourd'hui, et ce qui reste a été scindé entre Flamands et Wallons. Je vous encourage à rechercher sur Internet le nombre de personnes employées (sans oublier les responsables politiques) dans chacune des parcelles fédérales de notre ancien Brabant et tout ce qui compose cet Etat fédéral et de calculer ce que cela nous coûte. Comme moi, vous ressentirez le vertige devant l'abîme. Curieusement, il n'y a jamais trop de politiciens... Et les provinces qui devaient disparaître avec la création des Régions ? Et les intercommunales qui fleurissent... Cherchez l'erreur, ne vous laissez pas leurrer, on ne vous montre l'arbre que pour mieux vous cacher la forêt ! DANIEL MALNATI, ARLON, PAR