Les résultats de notre récente enquête sur la douleur nous ont beaucoup surpris, tout d'abord parce que vous êtes très nombreux à souffrir presque au quotidien. La douleur chronique concerne une personne sur cinq en Europe et en Belgique. À titre de comparaison, le diabète de type 2 en touche une sur dix... mais, alors qu'il existe pour ce dernier des trajets de soins clairement définis, les patients douloureux restent souvent sur le carreau.
...

Les résultats de notre récente enquête sur la douleur nous ont beaucoup surpris, tout d'abord parce que vous êtes très nombreux à souffrir presque au quotidien. La douleur chronique concerne une personne sur cinq en Europe et en Belgique. À titre de comparaison, le diabète de type 2 en touche une sur dix... mais, alors qu'il existe pour ce dernier des trajets de soins clairement définis, les patients douloureux restent souvent sur le carreau. La douleur chronique, en particulier, passe trop souvent entre les mailles du filet. Ceci s'explique en grande partie par la nature des plaintes, qui restent subjectives et non mesurables, mais aussi par le fait que cette douleur persistante n'a pas de fonction " d'avertissement " comme la forme aiguë. Il n'est d'ailleurs pas rare qu'on ne lui trouve pas de cause univoque, et les experts soupçonnent un dysfonctionnement au niveau du traitement du stimulus douloureux. Les antalgiques permettent aux patients concernés de s'assurer malgré tout une vie supportable, même si elle n'est jamais vraiment sans douleur. Interrogés sur ce qu'ils font pour soulager les plaintes, un tiers évoquent l'activité physique... et là aussi, c'est une (excellente) surprise ! L'actuelle campagne de l'European Pain Federation (EPF), qui se prolongera encore jusqu'en 2020, a justement pour slogan " Let's move ". Comme l'explique le président de l'EPF, le Pr Bart Morlion (UZ Leuven), qui a également collaboré à notre enquête, l'activité physique revêt en effet pour les personnes qui souffrent de douleurs chroniques une importance à ne pas sous-estimer, car elle améliore les symptômes et la qualité de vie. Le plus difficile étant souvent de s'y mettre. Il est dès lors important de se fixer des objectifs réalistes - faire une courte promenade tous les deux ou trois jours, par exemple. Choisissez toujours une activité qui vous plaît et, pour vous motiver, consignez ce que vous faites dans un cahier ou sur votre ordinateur. Une fois votre objectif atteint, lancez-vous un défi un peu plus difficile... et vous verrez que vos efforts seront récompensés, car plusieurs grandes études de revue (Cochrane) démontrent que l'activité physique abaisse l'intensité de la douleur chronique sans faire de tort. Les personnes qui souffrent de maux de dos chroniques, par exemple, s'entendront souvent conseiller de bouger le plus possible, quitte à ce que cela fasse un peu mal. L'exercice est en effet un formidable remède curatif et préventif : chez les personnes physiquement actives, le risque de lombalgies est abaissé de 40% et le risque d'arthrose (de la hanche et du genou), de 50%.