22 mai (1907), date fétiche. C'est en ce jour de printemps que Georges Prosper Remi, futur auteur de bandes dessinées mondialement célébré sous le nom d'Hergé, voyait le jour. En ce jour également, un siècle plus tard, que sa veuve Fanny Rodwell posait la première pierre du futur musée Hergé, en lisière du Bois de la Source, à Louvain-la-Neuve. Et c'est toujours un 22 mai, en 2009 cette fois, que l'institution sera inaugurée officiellement. Du moins pour la " f...

22 mai (1907), date fétiche. C'est en ce jour de printemps que Georges Prosper Remi, futur auteur de bandes dessinées mondialement célébré sous le nom d'Hergé, voyait le jour. En ce jour également, un siècle plus tard, que sa veuve Fanny Rodwell posait la première pierre du futur musée Hergé, en lisière du Bois de la Source, à Louvain-la-Neuve. Et c'est toujours un 22 mai, en 2009 cette fois, que l'institution sera inaugurée officiellement. Du moins pour la " famille ", à savoir le personnel de la Fondation Hergé, avant d'ouvrir ses portes aux tintinophiles et aux curieux le 2 juin. 2009 est d'ailleurs une année-charnière pour le créateur de Quick et Flupke et de l'Agent 212 : le tournage du Secret de la Licorne, ou plutôt, en VO, de The Adventures of Tintin : Secret of the Unicorn, se serait achevé fin mars, avec bien évidemment Steven Spielberg à la mise en scène. Vaste et onéreux projet que celui de ce musée : 15 millions d'euros investis rien que par Fanny Rodwell, présidente des Studios Hergé, sans compter le coup de pouce de la Région. Prévu de longue date, censé dans un premier temps établir ses quartiers dans la capitale, il a finalement été installé dans la cité universitaire. " A l'époque, en 2000, je n'étais pas bourgmestre. Mais c'est moi qui ai contacté la veuve d'Hergé pour lui demander si elle connaissait Louvain-la-Neuve. Aujourd'hui, je suis comblé ", raconte, sans cacher une part de fierté, le mayeur Jean-Luc Roland (Ecolo). Le bâtiment, élevé sur quatre niveaux et imaginé par le célèbre architecte français Christian de Portzamparc, offre plus de 6 700 mètres carrés de surface brute au sol. On table, du côté des promoteurs du musée, sur une fréquentation de 200 000 visiteurs annuels. " Fanny Rodwell a eu la bonne idée de choisir un architecte de renom pour dessiner cet écrin superbe et plein de surprises. Les personnes qui attendent ce musée avec impatience ne seront pas déçues : la muséographie est à la hauteur des espérances. C'est un véritable voyage à travers la vie d'Hergé que nous proposerons, pour apprendre à découvrir le personnage, mais également son £uvre à travers une collection d'originaux ", plaide le prochain directeur du musée, le Français Laurent de Froberville, qui a fait ses armes au château de Cheverny, modèle d'Hergé pour dessiner Moulinsart. G.V.