La DÉLÉGATION DE HAUT NIVEAU de la semaine :

Les parlementaires wallons sont fâchés de devoir payer leur voyage californien : " Non seulement on a dû supporter Happart pendant deux semaines, mais en plus on va devoir payer ? Si on avait su, on l'aurait laissé à Namur et on aurait pris un guide qui parlait anglais. "
...

Les parlementaires wallons sont fâchés de devoir payer leur voyage californien : " Non seulement on a dû supporter Happart pendant deux semaines, mais en plus on va devoir payer ? Si on avait su, on l'aurait laissé à Namur et on aurait pris un guide qui parlait anglais. "Tous les partis qui condamnent depuis quelques jours la mission des parlementaires néocaliforniens n'avaient rien vu d'anormal pendant des semaines. C'est juré, l'argent qu'ils économiseront en supprimant le prochain voyage, ils l'utiliseront pour se payer de meilleures lunettes. Kim Jong-il va mieux ! Et pour le prouver, l'autre semaine, la télé nord-coréenne a diffusé un documentaire sur les derniers faits et gestes du Grand Leader. On en dit du mal mais, finalement, à côté des programmes de la télé nord-coréenne, elle a presque l'air supportable, la Star Academy ! Benoît Lutgen a décidé de venir en aide aux friteries " de chez nous ". Caractéristiques : " vendre principalement des frites " (si vous vendez principalement des machines à laver, c'est raté), " pouvoir emporter ses frites en cornet " (c'est plus pratique que de devoir les mettre en poche), " utiliser des frites fraîches " (des fois que des parlementaires wallons auraient ramené des frites surgelées des Etats-Unis) et " disposer d'une enseigne friterie " (ça a l'air évident, mais on ne compte pas les friteries ayant une enseigne " Maison du peuple "). La bonne nouvelle, c'est que cette initiative va créer des emplois, même si, sur une carte de visite, " inspecteur des frites wallonnes ", ça fait un peu bizarre. L'autre bonne nouvelle, c'est que, avec un slogan style " Votez Lutgen, le ministre des frites ", sa réélection ne fait aucun doute. L'Afghanistan s'apprête à adopter une loi obligeant les femmes chiites à " satisfaire sexuellement leur mari " et leur interdisant de sortir de la maison sans autorisation dudit mari. Herman Van Rompuy a d'ores et déjà fait savoir que la Belgique condamnait cette loi. Mais il a ajouté qu'il pourrait revoir son avis " si la loi interdisait plutôt aux femmes de faire de la politique sans l'accord de leurs frères ". Donc, on résume : les dictateurs nord-coréens refusent de mourir, les partis wallons sont gênés de ne pas avoir été gênés plus tôt, les femmes afghanes ont juste le droit de la fermer et on a un ministre qui s'occupe des frites. Alors, elle est pas belle, la vie ? toutes les chroniques de Marc Oschinsky sur www. levif.BEMarc oschinsky