La Une du Pourquoi pas ? du vendredi 22 juillet 1960 titrait " Merci pour eux, mon gars ! ", mais aujourd'hui le " mon gars " pourrait être remplacé par " bande d'idiots ", parce que c'est sans doute comme ça que les responsables politiques ont considéré les quelques centaines de para-commandos qu...

La Une du Pourquoi pas ? du vendredi 22 juillet 1960 titrait " Merci pour eux, mon gars ! ", mais aujourd'hui le " mon gars " pourrait être remplacé par " bande d'idiots ", parce que c'est sans doute comme ça que les responsables politiques ont considéré les quelques centaines de para-commandos qui ont effectué de réelles opérations armées dans notre ancienne colonie, et au cours desquelles plusieurs ont laissé la vie. [...] Pour tous ces garçons, des personnalités politiques, ministre de la Défense en tête, sénateurs, etc. avaient promis d'oeuvrer pour qu'ils puissent recevoir une aide matérielle, à l'instar des anciens des dernières guerres, mais voilà... Aujourd'hui, beaucoup ne sont plus là et ceux qui restent arrivent en fin de parcours. Un grand merci à la nation pour cette immense reconnaissance dont ces anciens auront bénéficié. Certains pensent même à offrir à leurs frères d'armes déjà disparus une plaque sur leur sépulture avec l'inscription : " Ici repose un oublié - Passant, salue et souviens-toi " [...] Rappelons qu'en 1960, lorsque l'ONU a ordonné à la Belgique de retirer ses militaires du Congo, plutôt que de rentrer au pays, les para-commandos ont été envoyés au Ruanda où, là aussi, une grande instabilité subsistait déjà à la suite de tensions ethniques [...] Il n'est pas donné suite aux lettres ouvertes ou portant des adresses incomplètes. La rédaction raccourcit certaines lettres pour permettre un maximum d'opinions. Félicien Hans, Villers-Poterie