Deux hommes... et un bateau, perdus sur l'onde et prisonniers d'un brouillard infini. Venus des îles, ils tentent d'atteindre, via le Pacifique, la côte chilienne. Deux fuyards dont on sait seulement que l'un ne supporte la moindre houle,...

Deux hommes... et un bateau, perdus sur l'onde et prisonniers d'un brouillard infini. Venus des îles, ils tentent d'atteindre, via le Pacifique, la côte chilienne. Deux fuyards dont on sait seulement que l'un ne supporte la moindre houle, vomit autant qu'il se languit de son aimée, tandis que l'autre, qui barre ce petit vapeur de transport en cette fin de xixe, garde l'espoir de toucher terre et salut.Plongé lui-même volontairement dans la purée de pois au départ, le lecteur va peu à peu voir apparaître les contours du récit d'Edouard Jousselin qui plante d'abord les personnages de Vald et Joseph ou du capitaine Moustache, avant d'ensuite dresser, à rebours, le décor de ce roman d'aventures à ellipses. Lequel raconte le destin de villes et d'îles imaginaires, ces dernières devenues soudain l'objet de convoitises lorsqu'on découvre la valeur d'engrais des fientes que les cormorans y ont déposées durant des siècles. Récit picaresque et conte quasi philosophique qui sonde l'âme humaine, Les Cormorans est un premier et brillant roman qui évoque un peu Garcia Marquez, beaucoup Arturo Pérez-Reverte et passionnément Stevenson. L'histoire d'une île (maudite) et de son " trésor ".