Ambiance tendue et regards en biais. Deux tigres de papier, mais tigres tout de même, se sont affrontés cordialement dimanche dernier sur le plateau de Controverse, le débat dominical de RTL-TVi. D'un côté Bernard Marchant, administrateur délégué du groupe Rossel, qui détient la moitié des parts de marché de la presse quotidienne francophone (Le Soir, SudPresse, 50 % de L'Echo...). De l'autre, Stéphane Moreau, administrateur délégué de " la plus grande intercommunale du monde ", selon ses termes, à savoir la liégeoise Tecteo (Voo), propriétaire du câble wallon. Cette dernière avait conclu deux jours plus tôt le rachat du groupe L'Aveniret poursuit ses pourparlers ...

Ambiance tendue et regards en biais. Deux tigres de papier, mais tigres tout de même, se sont affrontés cordialement dimanche dernier sur le plateau de Controverse, le débat dominical de RTL-TVi. D'un côté Bernard Marchant, administrateur délégué du groupe Rossel, qui détient la moitié des parts de marché de la presse quotidienne francophone (Le Soir, SudPresse, 50 % de L'Echo...). De l'autre, Stéphane Moreau, administrateur délégué de " la plus grande intercommunale du monde ", selon ses termes, à savoir la liégeoise Tecteo (Voo), propriétaire du câble wallon. Cette dernière avait conclu deux jours plus tôt le rachat du groupe L'Aveniret poursuit ses pourparlers pour un " rapprochement " avec le groupe IPM (La DH, La Libre, Twizz Radio devenue DH Radio). Les deux hommes pourraient, à eux deux, diriger sous peu la totalité de la presse quotidienne francophone. La moindre de leurs phrases mérite donc examen. Stéphane Moreau : " Cassons d'abord les pattes à un canard : Tecteo, c'est trois PS, deux MR, deux CDH. Donc la prédominance du PS, je ne sais pas où elle existe. " FALLACIEUX Le bureau exécutif de Tecteo est présidé par André Gilles, député provincial socialiste, secondé par deux vice-présidents MR et CDH. Le vrai patron, cela dit, reste Stéphane Moreau, bourgmestre socialiste d'Ans. La décision de rachat de L'Avenir a été prise par le conseil d'administration de Tecteo Services, une filiale de Tecteo qui compte trois PS (André Gilles, Denise Laurent, Pierre Stassart), trois MR (Pol Guillaume, Roger Sobry, Alain Jeunehomme) et deux CDH (Dominique Drion et Didier Hamers, qui a voté par procuration). La prédominance PS au sein du conseil d'administration, elle, ne saurait faire de doute. Elle reflète juste l'actionnariat de l'intercommunale, détenue pour un peu plus de moitié par la Province de Liège (majorité socialiste alliée au MR), pour l'autre par 76 communes à dominante rouge. Stéphane Moreau : " Tecteo dégage un bénéfice de plus de 60 millions d'euros qu'elle distribue à ses actionnaires, qui sont la Province de Liège, la Ville de Liège... " IMPRÉCIS Selon ses comptes annuels remis à la Banque nationale de Belgique, Tecteo a distribué 30,8 millions d'euros en 2012. C'est deux fois moins qu'indiqué. A noter que l'intercommunale, comme les autres, ne paie guère d'impôts : 103 000 euros sur un bénéfice de 44,5 millions d'euros, soit 0,23 %. Mais peut-on encore considérer Tecteo comme une intercommunale ? C'est toute la question qui agite le cabinet du ministre wallon des Pouvoirs locaux, Paul Furlan (PS), qui n'a plus aucune tutelle sur cette entreprise à capitaux publics devenue trirégionale depuis son implantation à Fourons et à Bruxelles. Bernard Marchant : " Si Rossel n'a pas racheté L'Avenir, c'est que nous savons très bien que le Conseil de la concurrence nous en empêcherait. " FALLACIEUX Si Bernard Marchant le sait, cela ne fait guère longtemps. Rossel n'a jamais déposé d'offre formelle sur le groupe L'Avenir, c'est exact. Mais le plus grand éditeur de presse belge francophone lorgnait fortement sur ce concurrent de SudPresse, dont le groupe flamand Corelio cherchait à se débarrasser. Ce n'est que vendredi (deux jours avant l'émission) que l'auditorat belge de la concurrence a émis de " sérieux doutes " sur ce rachat, selon L'Echo... quotidien dans le giron du goupe Rossel. Ettore Rizza