En avant-plan, la Sambre, à l'arrière le terril du Bourbier, de Châtelet, et entre les deux, un terrain de 60 hectares ponctué ci et là de plusieurs imposants portiques bleus : le panorama plutôt apaisant sur le site de la plate-forme multimodale carolo. Et pourtant ça bouge bien au Port autonome de Charleroi (PAC) qui, avec ses résultats 2008, vient de marquer son deuxième meilleur score malgré la crise. Dans cette dynamique, les investissements 2009 concerneront notamment l'extension de la plate-forme. Le projet a été confié à l'intercommunale Igretec. " Le p...

En avant-plan, la Sambre, à l'arrière le terril du Bourbier, de Châtelet, et entre les deux, un terrain de 60 hectares ponctué ci et là de plusieurs imposants portiques bleus : le panorama plutôt apaisant sur le site de la plate-forme multimodale carolo. Et pourtant ça bouge bien au Port autonome de Charleroi (PAC) qui, avec ses résultats 2008, vient de marquer son deuxième meilleur score malgré la crise. Dans cette dynamique, les investissements 2009 concerneront notamment l'extension de la plate-forme. Le projet a été confié à l'intercommunale Igretec. " Le pôle multimodal de Châtelet est le seul qui fonctionne depuis longtemps en Wallonie alors qu'il souffre d'un manque de communication. Une meilleure visibilité le rendra encore plus performant ", confie Nathalie Czerniatynski, responsable du développement stratégique pour Igretec. Près de 35 millions d'euros seront apportés par la Région et les fonds européens. Au programme : l'aménagement de 13 hectares supplémentaires sur le site Boma, la construction d'un hall logistique et d'un bâtiment administratif, et le renforcement de la desserte ferrée. Une liaison routière avec le R 9 et une autre avec le R 3 sont aussi envisagées. Nathalie Czerniatynski annonce la couleur : " La demande de permis est introduite, et si tout va bien, les chantiers devraient être lancés d'ici à deux ans. "Cette plate-forme, qui a déjà attiré trois entreprises utilisatrices des services sur son site ainsi que d'autres aux abords, constitue un centre névralgique d'un projet logistique de transport des marchandises totalement intégré à Charleroi. Le transport fluvial est donc représenté par le PAC et ses 24 zones portuaires. Le ferroviaire est assuré par les services de la SNCB qui dessert de manière journalière des entreprises raccordées au rail. Outre la gare du Sud, le réseau carolo attend cruellement la réalisation de la station de Gosselies mais possède une gare de triage de première importance à Monceau. Deuxième de sa catégorie sur l'échiquier ferroviaire belge, cette gare souffre du vieillissement de ses installations qui datent de l'après-guerre. Aujourd'hui, la SNCB projette d'y investir 16 millions d'euros pour la modernisation des infrastructures. C'est la route qui compose la majeure partie des opérateurs de transport du Hainaut. Charleroi veut profiter au maximum de cet atout et planche sur une série de réalisations de génie civil pour restructurer ses accès et voies de transit. Du côté des transports aériens, la cité carolo abrite l'aéroport de Brussels South Charleroi. Bien qu'il ait une vocation essentiellement " passagers ", plusieurs opérateurs assurent un service cargo. Parmi eux, la société Signature Flight relie air et route sur le monde entier. Charleroi passe la main à Bruxelles-National et à Liège-Bierset pour le principal du service belge cargo. C.W.