Un ministre est, par définition, le responsable dans un gouvernement de la bonne exécution des tâches spécifiques qui sont confiées à ses services. On ne peut dès lors pas affirmer que Madame De Block est une bonne ministre de la Santé car le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas un...

Un ministre est, par définition, le responsable dans un gouvernement de la bonne exécution des tâches spécifiques qui sont confiées à ses services. On ne peut dès lors pas affirmer que Madame De Block est une bonne ministre de la Santé car le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas une bonne gestionnaire. Probablement qu'elle considère que la bonne gestion se limite aux restrictions budgétaires. Or, en matière de santé publique, tout médecin - Madame De Block l'est - doit savoir que la prévention doit, avant tout, être privilégiée. Et prévenir n'est pas le fort de notre ministre. Les crises sanitaires des quinze dernières années, H1N1, Sras, etc. étaient des alertes dont elle aurait dû tenir compte, notamment pour le maintien, à l'instar de l'Allemagne, d'un nombre important de lits de soins intensifs et aussi pour la constitution de réserves de masques de protection. Et, ce qui est tout aussi grave, si pas plus, c'est la désinvolture qu'elle a manifestée au début de la crise du Covid-19, en minimisant la gravité de la maladie et ensuite en tardant à commander d'urgence les masques de protection. De plus, le fait de nier la pertinence du port du masque par la population comme moyen de protection est une hérésie au vu des exemples asiatiques. Que faut-il faire, dès lors, pour être ministre et le rester alors qu'on a montré son incompétence ? Sans doute être la représentante intouchable d'un parti indispensable au gouvernement.