Moi, président des riches ? C'est une invention de mes opposants et des commentateurs. Mais personne ne peut me relier à cette image. " Avec cette phrase d'Emmanuel Macron rapportée par Le Canard enchaîné, le défi était lancé. Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, auteurs de Le Président des riche...

Moi, président des riches ? C'est une invention de mes opposants et des commentateurs. Mais personne ne peut me relier à cette image. " Avec cette phrase d'Emmanuel Macron rapportée par Le Canard enchaîné, le défi était lancé. Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, auteurs de Le Président des riches. Enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy (La Découverte, 2010), l'ont relevé. Et quinze mois plus tard, voici donc Le Président des ultra-riches. Chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel Macron (La Découverte, 170 p.). Une démonstration, selon les auteurs, que l'accusation qui a frappé le nouveau président français quelques mois seulement après l'entame de son mandat n'était pas imméritée. Son parcours, le financement de sa campagne, la bienveillance des patrons de presse à son égard, les premiers actes de sa politique fiscale, où trône l'emblématique suppression de l'impôt sur la fortune, ses saillies qui traduisent " un mépris de classe chevillé au corps "... : les auteurs passent au crible toutes les actions qui traduiraient l'implacable soumission du président au grand capital. Les gilets jaunes y mettront-ils fin ? " Macron représente désormais un risque politique pour la classe sociale dont il a voulu trop agressivement défendre les intérêts ", soulignent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Cet essai ne manque pas d'interpeller sur le projet politique d'Emmanuel Macron, mais il suscite aussi le scepticisme sur son objectivité, que n'apaise pas un bandeau opportuniste de la couleur... d'un gilet jaune.