La France a aussi " sa " Flandre. Annexée par Louis XIV suite à une victoire contre les Pays-Bas en 1677 (et devenue française en 1678 par le traité de Nimègue), elle comprend un vaste territoire enchâssé entre la frontière belge, la mer du Nord, Saint-Omer et Lille. Il y a plus de dix ans, les autorités départementales du Nord ont décidé d'implanter à Cassel un musée d'envergure sur l'art flamand et sa culture riche, d'une extrême subtilité. Le projet vient d'aboutir. " C'est un musée sur la culture flamande en France, martèle la directrice Sandrine Vézilier. Cela dit, nous nous ouvrons bien entendu à toute la Flandre, tout en restant en dehors du débat politique. "
...

La France a aussi " sa " Flandre. Annexée par Louis XIV suite à une victoire contre les Pays-Bas en 1677 (et devenue française en 1678 par le traité de Nimègue), elle comprend un vaste territoire enchâssé entre la frontière belge, la mer du Nord, Saint-Omer et Lille. Il y a plus de dix ans, les autorités départementales du Nord ont décidé d'implanter à Cassel un musée d'envergure sur l'art flamand et sa culture riche, d'une extrême subtilité. Le projet vient d'aboutir. " C'est un musée sur la culture flamande en France, martèle la directrice Sandrine Vézilier. Cela dit, nous nous ouvrons bien entendu à toute la Flandre, tout en restant en dehors du débat politique. "L'écrin ? Une châtellenie (bâtiment abritant jadis le pouvoir administratif et la justice) du xvie siècle qui, après deux ans de travaux et une rénovation exemplaire, conjugue une pimpante façade maniériste italianisante et des éléments d'architecture flamande : pignons, fenêtres à meneaux et briques rouges de la façade arrière. La muséographie est volontairement très sobre. L'endroit joint in fine le charme d'un palais aux somptueux décors au prestige d'un musée qui peut montrer des chefs-d'£uvre de toutes les époques. Deux traits distinctifs lui donnent sa personnalité. Tout d'abord, le choix de la pluridisciplinarité des collections qui mêlent l'art ancien, l'art contemporain, la peinture, la sculpture, des objets d'art et des objets ethnographiques. L'autre originalité de ce projet atypique est non pas d'opter pour une présentation chronologique ou thématique mais, pour avoir une vision très large de la culture flamande, d'adopter quatre binômes ou diptyques. Premier temps fort : le diptyque " Soumission et colère " raconte les guerres et conflits qui ont rythmé l'histoire politique complexe de la Flandre, notamment la révolte des villes flamandes au xve siècle (née à Cassel en 1430) et la révolte des gueux en 1566. Parmi les £uvres emblématiques, on pointe le tableau de Francis Tattegrain Les Casselois dans le marais de Saint-Omer se rendant à la merci du duc Philippe le Bon (1887). L'artiste a peint cette immense toile à l'extérieur, dans les dunes à Berck-sur-Mer ! Le thème " Entre Terre et Ciel " met l'accent sur les liens forts entre le paysage idéalisé dans la peinture flamande et le spirituel. Il est ponctué de quelques belles toiles dont Un paysage avec un château, de Roelandt Savery, et Paysage avec saint Christophe, de Joachim Patinir. Les maîtres anciens sont confrontés à un magnifique tableau de l'Ostendais Thierry De Cordier, Verdure folle (une commande du musée). Le volet " Mesure et démesure " reflète l'esprit étrange, mystérieux et insolite d'un cabinet de curiosités, très important dans la culture flamande. Sculptures antiques, objets paléontologiques et mobilier exotique côtoient les hiboux, " messagers de la mort décapitée ", de l'Anversois Jan Fabre, et le surprenant Château de cartes de l'artiste gantois Patrick van Cackenbergh. Le dernier binôme met en scène " Ostentation et dérision ", traits de caractère propres, selon le musée, aux Flamands. Pour les illustrer, il y a Schijtmanneke, un homme déféquant (terre cuite anonyme, une montagne de lingots d'or plus vrais que nature, de l'artiste Leo Coppers) et les géants de Cassel : Reuze Papa et Reuze Maman. Voilà pour les collections permanentes. L'inauguration du musée s'accompagne d'une exposition temporaire Sensualité et volupté, le corps féminin dans la peinture flamande du xvie et xviie siècle permettant d'évoquer ce que fut le goût d'une époque pour des chairs blanches et lisses, des formes rondes et des courbes épanouies... Musée départemental de Flandre, 26, Grand-Place, Cassel. Ouvert à partir du 23 octobre, tous les jours, sauf le lundi. De 10 heures à 12 h 30 et de 14 à 18 heures, du mardi au samedi. De 10 à 18 heures le dimanche.www.museedeflandre.cg59.frBARBARA WITKOWSKA