En 1795, les territoires de la Belgique passent aux mains de la France et le traité de Lunéville, signé en 1801, conduit l'Autriche à confirmer leur annexion à la République. Ce que n'accepte pas le Royaume-Uni. Le contrôle de la Belgique était essentiel pour ces deux nations, et Bonaparte en était parfaitement conscient, comme l'illustre ce commentaire confié par après à son conseiller Louis-Mathieu Molé : " L'Angleterre continuera de nous faire la guerre tant que la Belgique sera en notre possession. " L'historien français Jacques Bainville, grand spécialiste de Napoléon, va encore plus loin en représentant la domination de notre pays comme l'essence même de ce que nous avons coutume d'appeler les " guerres napoléoniennes " : " L'histoire de l'Empire se confond avec celle de la lutte pour le contrôle sur la Belgique, mais la France ne pouvait espérer conserver celle-ci sans commencer par soumettre l'Europe, de sorte que l'Angleterre soit obligée d'accepter la paix. "
...