177 Belges, dont une trentaine de mineurs, se trouvaient encore, à la mi-octobre, dans les zones de combat irako-syriennes, selon le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA). Quatorze enfa...

177 Belges, dont une trentaine de mineurs, se trouvaient encore, à la mi-octobre, dans les zones de combat irako-syriennes, selon le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA). Quatorze enfants, dont onze de moins de 6 ans, sont rentrés en Belgique. Les trois de plus de 6 ans bénéficient d'un suivi psycho-sociologique " préventif et sécuritaire ". Et pour ceux qui ont quitté la Belgique mineurs et sont revenus majeurs, la menace qu'ils représentent dépend du " contexte individuel ". Tous les returnees mineurs sont suivis par le parquet de la jeunesse et l'Aide à la jeunesse des Communautés. Et par les task forces locales et, parfois, les cellules de sécurité intégrale locale. Lorsqu'un retour est vraisemblable, l'Ocam (Office de contrôle et d'analyse de la menace) transmet des informations à l'Aide à la jeunesse, au parquet et à la police fédérale, pour leur permettre d'anticiper les mesures adéquates de suivi et d'accompagnement. M. L.