Ici, foin des divertissements frelatés ! Un château prestigieux, des jardins à la française impeccablement peignés, une vue plongeante sur l'eau, des hectares d'herbe moelleuse à portée de pied et un programme touffu faisant la part belle au meilleur de toutes les musiques. " Nous avons décidé de ne plus proposer de journée thématique autour d'un compositeur, mais d'ouvrir la palette. La musique classique va côtoyer les musiques du monde et le jazz, explique Bernard de Launoit, directeur artistique de l'événement. L'autre nouveauté ? Les Musicales de Bel£il acquièrent un aspect institutionnel, car elles deviennent un nouve...

Ici, foin des divertissements frelatés ! Un château prestigieux, des jardins à la française impeccablement peignés, une vue plongeante sur l'eau, des hectares d'herbe moelleuse à portée de pied et un programme touffu faisant la part belle au meilleur de toutes les musiques. " Nous avons décidé de ne plus proposer de journée thématique autour d'un compositeur, mais d'ouvrir la palette. La musique classique va côtoyer les musiques du monde et le jazz, explique Bernard de Launoit, directeur artistique de l'événement. L'autre nouveauté ? Les Musicales de Bel£il acquièrent un aspect institutionnel, car elles deviennent un nouveau maillon du Festival de Wallonie-Hainaut, l'un des festivals fédérés du Festival de Wallonie. Nous sommes très heureux de cette association qui insufflera une nouvelle dynamique. " Sur le plan pratique, quelques retouches sont à signaler. Une nouvelle tranche horaire (les portes s'ouvriront dès 14 h 30) permettra au public de profiter mieux et plus longuement de ce site magnifique. Les concerts démarreront en même temps pour créer des mouvements à des moments précis et réguliers et pour éviter les débordements. A 18 et à 22 heures, tout le monde se rassemblera devant une grande scène, investie par les musiciens de l'OPRL. On se précipitera dans ces jardins uniques pour y entendre Stéphanie Salmin et Pierre Solot (duo Solot), deux jeunes pianistes belges dans des transcriptions d'extraits d'opéras de Rossini. L'amateur de tango soigné et inventif devrait trouver son bonheur à l'écoute de Cello Project (Eckart Runge au violoncelle et Jacques Ammon au piano) pour son hommage à Astor Piazzolla. Frank Braley jouera un programme d'exception (Debussy, de Falla et Gershwin) où le raffinement et la sensibilité de ce pianiste hors pair feront, une fois de plus, merveille. On se réjouira aussi de la présence vivifiante de jeunes interprètes de la Chapelle musicale Reine Elisabeth qui défendront les £uvres de Bizet, Berlioz, Ravel et Massenet. Le chanteur Rafik El Maai sera aussi de la fête avec un répertoire spirituel s'aventurant chez les grands noms de la musique arabo-andalouse. On entendra Jean-Philippe Collard-Neven, le pianiste dont on parle, dans des improvisations jazzy et le quatuor Daou Ha Div dans la musique traditionnelle bretonne. Les stars du violon - Lorenzo Gatto, Yossif Ivanov et Hrachya Avanesyan - réunis sous le label Trilogy, investiront les lieux en compagnie de l'extraordinaire Orchestre philharmonique royal de Liège sous la baguette de Domingo Hindoyan pour nous offrir une échappée vers les musiques de films ( La Liste de Schindler, Pulp Fiction), adaptées pour trois violons et orchestre. Et, pour terminer la soirée en apothéose : Carmen ! Le chef-d'£uvre de Bizet ne pouvait rêver plus belle occasion en tombant entre les mains de l'OPRL et de trois cantatrices de qualité : la délicieuse soprano verviétoise Julie Mossay et deux mezzo-sopranos, Kinga Borowska et Audrey Kessedjian. S'il fallait une raison supplémentaire pour migrer au sud-ouest de la Wallonie... Parc du château de Bel£il, le 25 août, www.sherpa.be, www.ticketnet.be et www.fnac.be Barbara Witkowska