Soyons honnêtes, elle nous a fait mal, cette image des Français brandissant la Coupe du monde. Parce que les Belges auraient pu être à leur place. Et parce que le football pratiqué par les Bleus, au-delà de l'immense talent de Mbappé et Griezmann, n'...

Soyons honnêtes, elle nous a fait mal, cette image des Français brandissant la Coupe du monde. Parce que les Belges auraient pu être à leur place. Et parce que le football pratiqué par les Bleus, au-delà de l'immense talent de Mbappé et Griezmann, n'a pas toujours été flamboyant. On se souviendra longtemps des lamentations des Diables à l'issue de la rencontre. Dont cette tirade de Thibaut Courtois : " On perd contre une équipe qui n'est pas meilleure que nous. On a perdu contre une équipe qui joue à rien, qui défend. C'est dommage pour le football que la Belgique n'a pas gagné. " Forcément, la rivalité est devenue virale. Les internautes français ont soudain associé ces Belges mauvais perdants à l'expression argotique " avoir le seum ", une expression dérivée du mot arabe " sèmm " (venin), qui signifie à la fois être énervé, agacé, en colère, et avoir la poisse. Avouons-le : c'est bien tapé. Cela dit, personne ne sort vraiment gagnant, in fine, de cette rivalité ancestrale. Au classement du Ballon d'or, en fin d'année, le duo Griezmann-Mbappé finit aux 3e et 4e places, l'autre duo Hazard-De Bruyne aux 8e et 9e places. Et à la fin, c'est un Croate, Luka Modric, qui coiffe tout le monde au poteau. Là-dessus, les Français ont le seum.