La critique est rouillée comme un clou sur une croix, et elle fait encore mal : continuateur honteux du Parti social-chrétien, le Centre démocrate humaniste poursuivrait en tapinois les combats éthiques perdus jadis par son géniteur mort, sur l'avortement, sur l'euthanasie, sur les droits des homosexuels ou sur la consommation de psychotropes. Il serait resté l'austère étriqué sans l'étiquette de l'éthique telle qu'imposée par l'Eglise catholique. Or, si le CDH est bien, aujourd'hui, plus conservateur que la moyenne des autres partis francophones sur ces questions, ses positions, bien ...