Les camps d'été, scouts, guides, lutins, louveteaux, patros et autres mouvements de jeunesse ont victorieusement affronté la pandémie de Covid-19. Sous leurs bulles de 50 participants, encadrants com...

Les camps d'été, scouts, guides, lutins, louveteaux, patros et autres mouvements de jeunesse ont victorieusement affronté la pandémie de Covid-19. Sous leurs bulles de 50 participants, encadrants compris, et moyennant le respect de mesures sanitaires définies dans un protocole respectant les consignes du Conseil national de sécurité. Protocole accompagné ponctuellement de mesures additionnelles imposées par des communes " victimes de leur succès ", dans les provinces de Luxembourg, Namur et Liège. Jugez plutôt : 95 574 jeunes de Wallonie et de Bruxelles répartis dans 2 535 camps de vacances, en juillet et août. Selon le ministère de la Jeunesse et des Sports, sur les 263 procédures Covid-19 enclenchées en cas de détection d'un cas suspect, on n'aurait recensé que 19 cas positifs, correspondant à 0,02 % du total des participants. Chaque cas positif relevé a donné lieu à la fermeture du camp concerné. " Sans aucun problème ", assure la ministre (MR) de la Jeunesse, Valérie Glatigny.